Mouvements Recherche par lieu
SUR TWITTER

Mouvements

Les Dossiers de Mouvements

  • Réduire la police
  • Agrandir la police
  • Imprimer l'article
  • Envoyer par Mail
  • Réagir à l'article
  • Écrire à l'auteur

Altermondialismes

Black Blocs : bas les masques

Quand manifester c’est enfiler un vêtement noir et une cagoule : comment les militants du "Bloc noir" envisagent la violence, l’action politique et les rassemblements altermondialistes.

Un autre monde est possible pour les personnes LGBT africaines

LABORATOIRE DES LUTTES - Le FSM de Nairobi a été l’occasion pour des lesbiennes, des gays et des trans africains d’affirmer collectivement leur volonté de lutter pour le respect de leur droit, tout en revendiquant leur « africanité ». Témoignage.

APE : Raviver l’esprit de combativité - entretien avec Susan George

INTERVENTIONS. Entretien avec Susan George. La mobilisation contre l’AMI est l’une des victoires du mouvement altermondialiste. Alors que l’UE négocie des accords similaires avec les pays ACP, peut-on envisager un nouveau succès ? 8 décembre 2007.

Un mouvement qui s’ancre dans sa mondialité ? Entretien avec Gus Massiah

FORUMS SOCIAUX. Le prochain Forum Social Mondial se tiendra à Belem, au Brésil, du 27 janvier au 1er février 2009. Pour Mouvements, Gus Massiah fait le point sur les débats en cours. Juillet 2008.

Les dangers et les opportunités de la crise globale

INTERVENTION : Le mouvement altermondialiste s’est affirmé comme un mouvement antisystémique porteur d’avenir par rapport à la phase néolibérale de la mondialisation capitaliste. Gus Massiah analyse ici les nouvelles perspectives ouvertes -paradoxalement- par la crise globale qui lui confère des responsabilités particulières. 26 janvier 2009.

Problèmes dans (et de) l’altermondialisme ?

INTERVENTION : Passer du refus d’un état du monde à sa transformation constitue l’enjeu central auquel est confronté l’altermondialisme, plaide Pierre Khalfa. 26 janvier 2009

Quel altermondialisme après la « fin du néolibéralisme » ?

INTERVENTION : La crise du capitalisme engage-t-elle le mouvement altermondialisme dans une phase "post" qui serait caractérisée par de nouvelles articulations entre mouvements sociaux, forces politiques et gouvernements ? C’est ce que voient se dessiner Bernard Cassen et Christophe Ventura dans ce texte. 26 janvier 2009.

L’altermondialisme en temps de crise

FABRIQUE DES IDEES : Revenant sur le thème du déclin de l’altermondialisme, Eric Agrikoliansky suggère que le constat critique est pour une bonne part lié au décalage entre ce qu’il est advenu du mouvement alter et certaines représentations fantasmées et attentes qu’il a suscitées chez ces acteurs. Les croyances en son haut degré d’internationalisme, ou en la radicale nouveauté de ses formes d’organisation et de gestion de la diversité, ont ainsi parfois conduit à mésestimer les conditions concrètes de réalisation et de pérennisation de ces enjeux. Juin 2007

Une autre Afrique est possible : ce FSA résolument politique nous l’a démontré !

INTERVENTION : Avant le FSM de Belem (27 janvier-1er février), Sebastian Alzerreca nous livre son analyse du Forum social africain, qui s’est tenu au Niger en novembre 2008. 26 janvier 2009

Pour un nouveau Forum Social Mondial

Scènes à Nairobi, FSM 2007

LABORATOIRE DES LUTTES : A l’occasion du Forum social mondial de Belem (27 janvier-1er février), retour sur le FSM 2007 qui se tenait à Nairobi. Une équipe d’une vingtaine de chercheurs, français et kenyans, en a mené une observation collective et qualitative. L’ouvrage issu de ce travail, Un autre monde à Nairobi (Karthala, 2008), rend compte des multiples facettes de cet événement militant : ses débats, ses protagonistes, ses lieux, ses à côtés, ses paradoxes et sa complexité aussi. En voici des extraits. 26 janvier 2009.

Forum social mondial : un nouveau bien commun de l’humanité ?

ALTERMONDIALISMES. Mouvements poursuit son exploration des débats en cours sur le futur des forums sociaux. Dans ce texte, Chico Whitaker réaffirme son refus de toute forme de délégation, et propose de concevoir les forums comme des « communs », sans « propriétaires », à disposition des acteurs désireux d’y participer.

Eléments de réflexion sur une stratégie de l’émancipation

ALTERMONDIALISMES. Mouvements poursuit son exploration des débats en cours dans la dynamique altermondialiste. Emmanuel Terray prolonge et répond ici à la réflexion de Gus Massiah, publiée en janvier dernier.

Retour sur l’émergence du mouvement pour la justice climatique : entretien avec Michael Hardt

Pour Michael Hardt, Copenhague pourrait bien être une étincelle qui débouche sur un nouveau cycle de luttes - des luttes plurielles, non dénuées de contradictions. Les penser, et éventuellement les dépasser, implique un travail de théorisation, autour, entre autres, de la question des "communs" : pour sauver le climat, sortir de la propriété ?

Le mouvement altermondialiste face à la crise globale

Gustave Massiah présente dix hypothèses pour penser un projet émancipateur altermondialiste, dix ans après le premier Forum Social Mondial.

La guerre sans fin et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

Sans minimiser l’importance d’une analyse géostratégique à partir des forces en présence et des enjeux liés à la volonté des pays occidentaux d’imposer une guerre sans fin, cette présentation propose de réfléchir à un aspect qui est assez souvent placé au second plan, voire la plupart du temps ignoré. Il s’agit du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes -pilier essentiel du cadre normatif des Nations unies conquis par les peuples colonisés- grâce auquel les rapports de force, dans les relations internationales, peuvent et doivent être régulées. Sans son effectivité et son applicabilité pour l’ensemble des Nations, qu’elles soient petites ou grandes et y compris pour les peuples sans Etat, le monde court directement à la loi du plus fort.

Un forum social aux États-Unis, entretien avec Michael L. Guerrero

Detroit accueille en ce moment même la deuxième édition du Forum Social des États-Unis. Retour sur le processus, avec l’un de ses organisateurs, Michael Leon Guerrero.

Attac : le tournant écolo ? entretien avec Geneviève Azam

Fondée en 1998, Attac s’est donné pour objectif de « désarmer les marchés ». Plus de dix ans après, l’association, qui entend articuler éducation populaire et action n’a pas délaissé son travail des ressorts du néolibéralisme, et poursuit ses campagnes pour la taxation des transactions financières, contre les « plans de relance » et de soutien aux économies les plus touchées par la crise. Mais Attac s’est très largement ouverte aux questions environnementales et climatiques, qu’elle ne cesse de relier aux questions sociales et économiques. Dans cet entretien, Geneviève Azam revient sur ce « tournant écolo » dont elle est l’une des initiatrices.

Villes en transition : imaginer des relocalisations en urgence

Changer le système ou changer les pratiques ? Selon Luc Semal et Mathilde Szuba, les promoteurs des Villes en transition renouvellent les ré-ponses apportées à cette question en mêlant systématiquement à leur approche de la justice climatique l’échéance du pic pétrolier, peut-être déjà là. Ainsi, il ne suffirait pas de « revendiquer » mais nécessiterait de « s’y préparer » matériellement et psychologiquement. Mobilisant les concepts de résilience et de relocalisation, les transitionneurs, souvent proches du mouvement altermondialiste, seraient porteurs d’un nouveau projet « d’émancipation sous contrainte ».

G8, G20 : des mises en scènes de la puissance des grands de ce monde, entretien avec Francis Dupuis-Déri

À l’issue de la réunion du G20 de Séoul (11 et 12 novembre 2010) la France en prendra la présidence, et accueillera plusieurs sommets (G8, G20, G20 thématiques en 2011). À travers l’exemple du Canada, Francis Dupuis-Déri revient sur l’utilisation de tels rassemblements par les "grands de ce monde", comme une mise en scène de leur puissance - jusque dans la répression et le développement des dispositifs sécuritaires.

L’autogouvernement zapatiste à la recherche d’une réunification des temps de la transformation sociale : reconstruire pour mieux détruire.

Au lendemain de la chute de l’Union Soviétique, symbole de la prétendue défaite du marxisme, en pleine vague de "fin de l’histoire", le zapatisme avait suscité un vaste élan de sympathie. Mais qu’a-t-il réactivé, exactement ? Quelque chose d’entièrement nouveau ? Yohan Dubigeon montre ici ce que le zapatisme a de commun avec des mouvements d’émancipation plus anciens, mais aussi ce qu’il a d’original. Marx n’est toujours pas enterré.

Les douze hypothèses d’une stratégie altermondialiste

Pour mettre en évidence la cohérence et les questions controversées de la stratégie du mouvement altermondialiste, il est proposé de retenir douze hypothèses sur l’analyse de la situation actuelle et sur les projets de transformation mis en avant par le mouvement altermondialiste.

Retour sur une année de forums sociaux

55 événements se sont tenus en 2010, dans le cadre du processus du Forum Social Mondial. Mouvements en publie un rapport préliminaire, qui sera discuté lors de la réunion du Conseil International du FSM (12 et 13 février).

Dynamique des Forums sociaux : quelques réflexions tirées de Dakar

Quelles leçons tirer du Forum Social Mondial de Dakar ? Que nous enseigne-t-il sur le FSM et la manière dont il pourrait être conçu à l’avenir ?

« Il n’y a rien à attendre du G8 ou du G20 »

Interviewé dans le cadre du projet Alter-Echos (www.alter-echos.org) à l’occasion du Forum Social de Dakar, Moussa Tchangari, d’Alternative Niger, revient sur ses attentes envers les G8-G20 et les mouvements citoyens. Sur fond de crises économique, financière et alimentaire, il explique pourquoi se limiter à réguler le système est une impasse. A quelques jours du G8 de Deauville (26 et 27 mai) et du contre-sommet au Havre (21 et 22 mai) (http://mobilisationsg8g20.org), il appelle à construire un « rapport de force mondial », avec des « mouvements intenses, presque insurrectionnels », pour « inverser réellement la tendance

Critique sociale et décolonialisme, Europe-Amérique Latine

Après Bourdieu, le travail de la critique

Bourdieu : réceptions et appropriations

L’appropriation du savoir sociologique par les acteurs peut-elle contribuer à une évolution de leurs représentations et de leurs pratiques ?

La philosophie critique : porte-parole de la souffrance sociale ?

Quel cas faire de l’usage par Pierre Bourdieu de la catégorie de porte-parole ? Cette notion n’est d’emblée pas séparable d’une problématique que Bourdieu a fortement contribué à populariser, celle de la souffrance sociale. En fait, le concept de porte-parole décrit un type de critique adapté à la situation sociale actuelle.

Quelle critique après Bourdieu ?

Dans l’espace délimité des démarches qui affirment que la sociologie a pour vocation de contribuer à plus de justice sociale et de démocratie les voix de la critique prennent des chemins pluriels.

Un renouveau de la critique syndicale ?

L’engagement de Pierre Bourdieu pendant les grèves de 1995 ne signifie pas pour autant qu’il menait une réflexion approfondie sur le mouvement syndical et en appréhendait toutes les contradictions. C’est en fait un rapport politique au syndicalisme qu’il a affirmé.

Objectivation sociologique, critique sociale et disqualification

"Le plaisir de se sentir malin, démystifié et démystificateur, de jouer les désenchantés désenchanteurs, est au principe de beaucoup d’erreurs scientifiques."

La critique féministe et La domination masculine

Retour sur les apports et les limites de la sociologie de Bourdieu dans l’étude des rapports sociaux de sexe et de genre et sur la question de l’articulation de la démarche scientifique et de l’action politique dans la posture critique.

Politique de l’engagement sociologique

La question de l’efficacité de la critique est prise entre la croyance de l’impuissance et dans l’illusion démocratique. Sa réception et son appropriation sont cependant possibles, sous certaines conditions sociales.

Bourdieu avant Bourdieu, l’incohérence rétrospective

LIVRES. La biographie dernièrement parue sur Bourdieu s’apparente à une quête sacrée du « bonhomme intime ». Compte-rendu d’un ouvrage auquel manque la rigueur du sociologue mentionné ou la légèreté assumée des Monty Python. 12 juin 2008

Âge

L’âge limite de la maternité : corps, biomédecine, et politique

En France, l’assistance médicale à la procréation (AMP), est réservée aux couples composés d’une femme et d’un homme « en âge de procréer », une définition étrange, puisqu’il s’agit souvent d’individus, ne pouvant pas avoir d’enfants, et ce quel que soit leur âge. Il s’agit ici d’étudier la détermination, nécessairement arbitraire, de « l’âge de procréer » des hommes et des femmes dans le cadre de l’accès à l’AMP, puis d’examiner le traitement de l’infertilité lié à l’âge. Les attitudes envers l’utilisation des nouvelles techniques de la biomédecine pour repousser la limite de fertilité des hommes et des femmes varient d’un pays à l’autre. Cette variabilité reflète à la fois les règles qui ordonnent, dans un pays donné, l’organisation de l’assurance-maladie et l’utilisation du corps, mais aussi des attitudes envers le vieillissement, notamment féminin.

Âge, intersectionnalité, rapports de pouvoir.

Si les concepts de racisme, de sexisme ou d’homophobie nous sont dé-sormais familiers, celui d’âgisme, lui, ne s’est pas encore imposé, du moins en France, comme cadre courant d’interprétation des rapports so-ciaux. Cette postériorité est parfois interprétée, certains articles du numé-ro le montrent, comme un effet de la complexité de l’âge en tant que caté-gorie, moins binaire et plus poreuse que d’autres. On peut en effet passer par les différents âges de la vie, ce qui n’est pas aussi systématique ou ap-paremment linéaire en ce qui concerne la classe, le sexe ou la nationalité. Ayant en commun d’utiliser les catégories d’âge et de genre dans leurs analyses, Marc Bessin, Christelle Hamel et Catherine Marry ont cepen-dant été amenés à rencontrer cette question à partir de champs de recher-che différents : la sociologie de l’immigration, de la jeunesse, des parcours de vie ou des professions. Nous avons souhaité ouvrir avec eux la discus-sion sur cette place de l’âge dans leur parcours de recherche et les pro-blèmes que pose son articulation à ces autres catégories d’analyse que sont le sexe, la classe, la race ou la sexualité.

Les discriminations liées à l’âge, entre exclusion et protection

L’idée selon laquelle l’âge peut constituer un critère de discrimination ainsi qu’une dimension de la « diversité » est, en France, assez récente. Cet article retrace l’histoire de cette émergence en distinguant les deux dynamiques à travers lesquelles s’est opérée la diffusion de la notion de discrimination sur l’âge, qui trouvent toutes deux leur impulsion au ni-veau de l’Union européenne : d’un côté, la préoccupation pour le niveau d’emploi des seniors ; de l’autre, une dynamique anti-discriminatoire. Ces deux dynamiques ne sont pas porteuses des mêmes enjeux : la finalité de la première est économique alors que la seconde est susceptible d’ouvrir sur une lutte plus large contre l’âgisme. Au-delà, cet article souligne que la discrimination sur l’âge est une réalité ambivalente, qui mêle exclusion et protection, nombre de mesures d’âge étant liées à la protection sociale. La perspective d’une société neutre du point de vue de l’âge doit donc être considérée avec prudence.

Crise

Dubaï, entre la peur et l’opulence (I)

Plongée dans Dubaï, mélange fascinant et terrifiant de capitalisme sauvage, d’absolutisme féodale et d’extravagance urbanistique. Par le journaliste américain Mike Davis, auteur de City of Quarz.

Dubaï, entre la peur et l’opulence (II)

Deuxième épisode de notre saga sur Dubaï. Loin de venir du pétrole, la richesse de l’émirat est basée sur l’accumulation financière, la spéculation immobilière et le blanchiment.

Dubaï, entre la peur et l’opulence (III)

ENQUETES—Suite et fin de notre saga sur Dubaï par le journaliste américain Mike Davis. Troisième épisode : une société conforme à l’imaginaire des Chicago boys, le beach club de Milton Friedman...

Régulations des changes et réforme du Fond monétaire international

INTERVENTION. La crise des "subprimes" génère désormais une crise financière globale, nouvelle illustration du caractère insoutenable du processus actuel de mondialisation. Dominique Taddei, économiste et animateur du Forum de la gauche citoyenne, expose ici plusieurs pistes pour une régulation internationale. 7 février 2008

Pour en finir avec les crises financières

INTERVENTION La crise financière qui a secoué l’économie mondiale et , sinon déclenché, au moins aggravé un cycle de récession de forte intensité. Frédéric Lordon formule dans ce texte une série de principes et de propositions pour sortir de la déréglementation financière.

Que faire face à la crise financière ? Nationaliser le secteur bancaire !

INTERVENTION. La crise financière a, aux États-Unis, ses ressors dans la généralisation du crédit et dans l’afflux de dollars sur les marchés internationaux. Faire face, en tenant compte de l’économie "réelle" passe par une véritable socialisation du secteur bancaire. 16 octobre 2008.

Multicrise, gouvernance et mondialisation : une introduction

FABRIQUE DES IDÉES : Le cycle historique, qui a débuté durant la décennie 70, se termine par une conjonction de crises – économique, financière, alimentaire, énergétique, climatique – aux caractéristiques et aux temporalités différentes. Cette multicrise annonce des changements radicaux qui devront être accompagnés d’un changement de gouvernance : retour de l’Etat, régulation, ou pilotage par le marché ? Jean-Marc Salmon replace la question de la gouvernance au coeur de la sortie de la multicrise. 15 février 2009.

Aux origines était la bulle – La mécanique des fluides des subprimes

FABRIQUE DES IDÉES : La crise des subprimes aux Etats-Unis est née de la conjonction d’une bulle immobilière sans précédent et d’un système de prêt qui a transformé l’endettement en ressources financières... jusqu’à l’implosion finale. Filant la métaphore de la mécanique des fluides, Martha Poon déconstruit et tire les enseignements de la crise. 15 février 2009.

Crise financière : modèles du risque et risque de modèle

FABRIQUE DES IDÉES : Dans le modèle financier capitaliste qui s’est écroulé avec la crise, la gestion du risque est ce qui apporte les gains, et provoque le crash. Michel Armatte revient ici sur les modèles statistiques associés à cette gestion du risque qui ont pu entretenir l’idée d’une "fausse sécurité" et entraîner le système dans le gouffre. 15 février 2009.

Au-delà de la relance et de la régulation économiques, la géopolitique

INTERVENTION - La réunion du G20 à Londres est annoncée comme le choc des conceptions de la réaction à la crise : relance contre régulation. Choc artificiel et absurde, nous dit Dominique Taddéi, au regard des enjeux posés par la redéfinition d’un nouvel ordre économique et financier mondial. Le 25 mars 2009.

FMI : la super banque centrale de demain ?

La crise financière a relancé les débats sur la création d’une monnaie de réserve mondiale. Mouvements avait ouvert le débat avec Dominique Taddéi, favorable à cette idée, dans le cadre d’une vaste réforme du système Onusien, sous l’égide duquel le FMI jouerait. Une solution peu réaliste, pour J-M Salmon, qui lui répond ici.

Cultures populaires

Le monde des exclus de Fred Vargas : l’épopée de la rue contre le réalisme social

Métaphore du réel ou utopie sociale ? La rue occupe une place déterminante dans l’œuvre de Fred Vargas, qui porte, aux lisières du roman noir, la marge au cœur de la littérature.

Art populaire, art de masse et divertissement

CULTURES POPULAIRES. Dans cet article, R. Shusterman applique son approche philosophique incarnée, focalisée explicitement sur le corps comme « site » permettant de mieux vivre et de mieux agir à la question du divertissement « populaire » et du plaisir esthétique.

Les bronzés font du ch’ti, entretien avec Dias et HK du MAP

CULTURES POPULAIRES. Au Ministère des Affaires Populaires, on appelle un chat un chat, un SDF un SDF et un précaire un précaire, on évoque sans fausse pudeur l’islamophobie et le passé colonial de la France, on « accuse l’école de cultiver l’ignorance » sur ce passé, et on tape sans retenue sur « la gauche-caviar, maffieuse, paternaliste et vicieuse » ou sur des policiers qui « nous prennent pour des cobayes » et « se prennent pour des cow-boys ».

« Hors-cadre », entretien avec Hamé

Entretien avec Mohamed Bourokba, dit Hamé, du groupe La Rumeur, qui fête ce 8 novembre ses 15 ans par un concert à l’Olympia.

D’ailleurs/d’ici

« La République et ses émigrés »

Programme de la conférence dans le cadre de la campagne "d’ailleurs nous sommes d’ici" à laquelle Mouvements est associée.

Commission d’enquête juridique

Dans le cadre de la campagne "d’ailleurs, nous sommes d’ici" à laquelle Mouvements est associée.

Conférence de presse

Présentation de la campagne "d’ailleurs, nous sommes d’ici", à laquelle Mouvements est associée.

Témoignage d’un débouté du droit d’asile

Filmé dans le cadre de la campagne "D’ailleurs, nous sommes d’ici", à laquelle Mouvements est associée.

Témoignages de signataires de l’appel

Témoignages de Marina Vlady, Alima Boumédiène-Thiéry, Catherine Lebrun, Jean-Pierre Michel et Siné, recueillis dans le cadre de la campagne D’ailleurs, Nous sommes d’Ici, à laquelle Mouvements est associée.

Darfour

Darfour : vivre en zone rebelle

Ecole sous les arbres, prière, construction d’abri, puits d’eau improvisés : scènes de la vie quotidienne au Darfour loin des camps de réfugiés. Un reportage photographique de Jérôme Tubiana. 9 juin 2007.

France, impossible terre d’asile de ceux qui ont fui le Darfour

Le parcours du combattant d’Ali, demandeur d’asile du Darfour confronté à une bureaucratie hexagonale mal informée et suspicieuse jusqu’à l’absurde. 9 juin 2007.

Darfour, généalogies d’un conflit

La nature du pouvoir central de Khartoum, la dégradation des relations inter-ethniques autour de la terre et les tentatives d’instrumentalisation de la rébellion par le Tchad jouent un rôle essentiel dans le conflit du Darfour mais mésestimé par la communauté internationale. 9 juin 2007.

Darfour, une mobilisation tapageuse et fragile

Instrumentalisation du "génocide", absolutisation du conflit, dimension militaire effacée derrière l’ humanitaire : l’idéologie interventionniste noie la réalité du Darfour sous un fatras compassionnel. 9 Juin 2007.

Choses (mal) vues au Darfour

Quand BHL part en reportage pour "Le Monde", d’erreurs en contre vérités, les faits perdent leurs sens au profit d’une vision simpliste et romantique du conflit. 9 juin 2007.

African Vertigo

En pleine affaire de l’Arche de Zoé, le dossier Darfour publié par Mouvements en juin 2007 propose une lecture analytique de la campagne de mobilisation internationale autour du conflit.

Décoloniser savoirs

Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique

À la différence de la démarche postcoloniale issue du monde anglophone, la pensée décoloniale est originaire du tiers monde, dans la diversité de ses histoires locales et de ses époques. Elle met en évidence la dimension raciste et culturellement infériorisante de la domination coloniale et s’ouvre à des modes de vie et de pensée disqualifiés depuis le début de la modernité capitaliste/coloniale. C’est une pensée « frontalière » qui ne se laisse pas saisir par des territoires étatiques ou des disciplines universitaires constituées. C’est une pensée des frontières mais aussi de leur transgression. La désobéissance épistémique décoloniale, dit Walter Mignolo, est aussi une « déprise » par rapport aux modèles politiques et économiques dominants et de tout projet de « réoccidentalisation » ou de « désoccidentalisation ».

Parler à la place des autres. « Études des relations ethniques et raciales » dans l’université néerlandaise et réponses critiques

Ces trente dernières années au Pays-Bas ont été marquées par deux histoires parallèles : d’une part des luttes de Noirs (immigrés ou descendants d’immigrés) pour la reconnaissance par l’État du rôle historique de l’esclavage néerlandais, débouchant sur la formation d’un réseau transnational significatif des Black European studies, d’autre part la formation dans plusieurs universités et centres de recherche, d’une filière « études des relations ethniques et raciales » qui suit de façon acritique les méandres de la politique officielle. Par-delà les « modèles d’intégration » successifs, cette politique a construit les « Autres » – identifiés comme Moluquois, Surinamiens, Antillais, Musulmans selon les préoccupations du moment – comme des populations problématiques. Voici le témoignage d’un acteur des luttes pour créer des voies parallèles de production de connaissances sur la condition des minorités racialisées aux Pays-Bas.

Décoloniser les savoirs

Performance postcoloniale

La dénonciation ne ressemble pas au tract militant et ne possède pas le ton posé de l’analyse. Certaines choses ont parfois besoin d’être aussi clamées. Un certificat d’intégration est-il nécessaire pour participer à la vie intellectuelle, sociale et politique française ? La question vient d’ici, des « garçons de banlieue » dont on fait les personnages d’un théâtre de boulevard qui a ses entrées et ses sorties mais qui, hors les faits divers, demeure invisible et par là inexistant.

REPENSER LE COLONIALISME

Sous le titre, « Repenser le colonialisme », les éditions Payot publient l’introduction d’un volume collectif paru aux Etats-Unis en 1997 [1] et dirigé par Ann Laura Stoler et Frederick Cooper. Les travaux de la première (bientôt, pour certains, disponibles en français [2]) sont tout aussi importants que ceux du second (déjà partiellement disponibles en version française aux éditions Payot).

Décroissance

Voyage dans la galaxie décroissante

La décroissance : le terme interpelle, pose question, se retrouve dans des endroits improbables et prend bien des gens au dépourvu. Nous en traçons ici un petit panorama descriptif, en attendant d’entrer dans le détail des problématiques qui sont ainsi mises à l’agenda.

Penser l’exode de la société du travail et de la marchandise

FABRIQUE DES IDEES - Le philosophe André Gorz revient, dans l’un des derniers textes parus avant sa mort, sur la dynamique du capitalisme financier et sur les raisons qui permettent de voir dans le revenu social garanti une occasion de sortir du capitalisme. 25 septembre 2007.

Renouer avec le sens des limites

DOSSIER GRENELLE "OGM". La croissance est-elle en soi réactionnaire ? La seule alternative dans une société qui a sombré dans la démesure est d’en finir avec le mythe de la croissance et de faire de la décroissance une politique au service des dominés. 18 octobre 2007.

Pour une grève générale de la consommation

LABORATOIRE DES LUTTES. Chaque année, à l’initiative des Casseurs de pub et de Adbusters, se tient une journée internationale anti-shopping pour en finir avec le dogme du bonheur au fond des caddies. 24 novembre 2007

La décroissance soutenable face à la question du « comment ? »

Que la planète a ses limites paraît une idée quasiment acquise. Conjointement, les doutes se renforcent sur les possibilités d’une croissance économique continue. Les appels au changement montent, mais oublient souvent de préciser comment faire. C’est un point faible des propositions défendant une « décroissance soutenable ». Comment faire évoluer les mentalités et les pratiques ? Comment renverser les inerties structurelles ? Cet article montre que ces questionnements sont encore à travailler.

L’autonomie alimentaire, dans une perspective décroissante radicale

Dix intellos qui n’en ont pas

Un mariage et trois enterrements

Cette campagne présidentielle est un enterrement du féminisme sous la forme radicale et revendicatrice qui a toujours été sa source vivante.

Une campagne d’idées sans auteurs

L’absence de contrepoids aux intellectuels médiatiques n’a jamais été aussi criante : décor politique d’une campagne électorale où les « intellectuel-l-es spécifiques » peinent à trouver leur place.

Avec le repli identitaire, la crispation autoritaire

En omettant de parler de l’Europe, les candidats à la présidentielle deviennent néo-conservateurs.

Le défaut de souci des autres, point aveugle de la campagne

La montée des logiques gestionnaires dans le sanitaire et le social va de pair avec l’expansion du discours compassionnel : de moins en moins de solidarité, de plus en plus de suspicion et de contrôle.

Se sentir attaquée par la société française en tant que noire

Il n’y aura pas de vivre ensemble sans décolonisation des imaginaires, pas d’imaginaire décolonisé sans ouverture à la diversité artistique et à la singularité d’expression.

Comme si la mort au travail était acceptable

Les candidats à la présidentielle veulent redorer la « valeur travail » sans jamais faire le lien avec la santé publique.

C’est par les autres que la France doit s’intéresser à elle-même

La France doit se décentrer d’elle-même et repenser ses frontières en s’ouvrant aux Suds.

Dire le droit pour quels droits ?

Trop visible sans être bien connue, exposée politiquement et médiatiquement tout en étant peu ou mal réformée, l’institution judiciaire reste trop peu présente dans le débat politique.

Défendre le régime de l’intermittence pour tous...

Confondant " travail " et " emploi ", aucun candidat ne semble voir la disparition du modèle qui garantissait la continuité du revenu dans l’emploi discontinu

La démocratie performative...de mes couilles en plastoc

Echec de la promesse de démocratie participative de Ségolène Royal : elle aurait pu être performative, elle n’est que normative

Ecologie

Les origines de la crise climatique

LIVRES. Retour sur l’histoire d’une impasse technologique. A. Gras, Le choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard, 2007. Compte-rendu par François Jarrige. 7 décembre 2007.

Le futur : entre modèles économiques et modèles climatiques

LIVRES. Dans Les modèles du futur–changements climatiques et scénarios économiques : enjeux scientifiques et politiques, collectif dirigé par Amy Dahan Dalmedico, l’histoire et l’actualité des modèles de prévision économique sont relues à partir des enjeux radicalement neufs des changements climatiques. 8 Février 2008.

Avant Copenhague : négociations, agenda, coalitions et sites ressources

À un mois de l’ouverture du sommet de Copenhague sur le changement climatique (la COP15) Mouvements publie ce document pratique, qui synthétise l’essentiel sur les coalitions, l’agenda d’ici à Copenhague et à Copenhague même, et propose un rapide annuaire de ressources pour mieux saisir les enjeux de la COP15.

Écologie et solidarité internationale

Gus Massiah explore ici les liens entre la solidarité internationale et l’écologie, à travers l’histoire de la convergence entre les mouvements écologiques et les mouvements de solidarité internationale, qu’il relie aux enjeux de la Conférence de Copenhague sur le changement climatique.

Après Copenhague : un climat d’injustice, crise et inégalités écologiques

Les riches peuvent-ils échapper aux désastres écologiques dont ils sont les premiers contributeurs ? Les pauvres sont-ils condamnés à dégrader l’environnement ? Est-ce que « riche » et « pauvre » a encore un sens à une époque où l’on parle de « post-matérialisme » et de « nouveaux indicateurs de richesse » ? Riche de quoi ? Pauvre de quoi ? Amartya Sen disait que toutes les théories de la justice reposaient sur une forme ou une autre d’égalité – égalité des chances, égalité des droits etc.

Inégalités écologiques, croissance "verte" et utopies technocratiques

La crise écologique et financière oblige les décideurs à se pencher sur les scénarios de sortie de crise verte. Mais cette prise de conscience court le risque de s’arrêter à mi-chemin. « Capitalisme vert », « croissance verte », « keynésianisme vert » et « technologies propres » constituent autant de confortables mirages destinés à nous épargner les nécessaires remises en cause liées aux limites écologiques d’une planète aux ressources finies. La prise en compte conséquente de ces limites amène à aborder de front la question des inégalités écologiques et sociales et à changer les modes de production, de consommation et donc les modes de vie les plus prédateurs. Sans autre échappatoire, dans cette redistribution des richesses à opérer, que la redéfinition collective du sens de ces richesses elles-mêmes.

L’ascension des pays du Sud dans les négociations climatiques, entretien avec Amy Dahan

Dans les années 90, les négociations sur le climat étaient une affaire euro-américaine. C’est aujourd’hui un problème Nord-Sud, et donc le cadre privilégié pour poser les questions des inégalités écologiques globales et de l’après-développement.

Le passage à l’âge adulte des militants de Seattle sera désobéissant

Le sommet de Copenhague s’ouvrira quasiment 10 ans jour pour jour après que quelques milliers de militants ont bloqué le sommet de l’OMC à Seattle - le "coming out" d’un nouveau mouvement, dont Copenhague marquera le passage à l’âge adulte. Adulte, mais désobéissant, nous explique Naomi Klein.

Quand l’OMC veut sauver le climat

L’OMC sait soigner son image. Elle avance ainsi l’idée de « soutien mutuel » entre commerce et environnement pour se présenter sous un jour écolo, alors que tout la désigne comme un élément du problème climatique. Décryptage, alors que se tient sa réunion annuelle, à quelques jours du sommet de Copenhague.

En direct de Copenhague, deuxième semaine

Copenhague : les pays riches mènent les négociations, et nos sociétés, dans l’impasse

A la veille de l’ouverture du sommet de Copenhague sur le changement climatique (7 – 18 décembre), les pays riches ont mené les négociations dans l’impasse. Le constat peut apparaître dur et définitif, il est pourtant fondé.

Pourquoi nous devons sauver le protocole de Kyoto

Le texte sur lequel travaille la présidence danoise de la conférence de Copenhague, publié ce 8 décembre par le Guardian, ne laisse guère de doutes : les pays industrialisés souhaitent abandonner le protocole de Kyoto. Un protocole largement imparfait - mais bien meilleur que l’accord qui le remplacerait.

"Protéger les riches" : le plan B de Copenhague

La fuite du texte de la déclaration politique qui pourrait conclure la conférence de Copenhague révèle des arrangements en coulisses entre pays industrialisés qui n’offrent pas grand-chose au reste du Monde.

Nos dirigeants mettent en scène une arnaque à Copenhague

Aperçu des méthodes avec lesquels les pays riches coulent les négociations plus rapidement que ne fondent les glaces de l’Himalaya.

Y aura-t-il un accord sur le climat ?

L’analogie troublante soulevée par les militants internationaux entre la conférence sur le climat de Copenhague et la réunion de l’OMC à Seattle (en novembre 1999) pourrait se révéler bien plus pertinente que ce que la plupart des militants écologistes n’aurait pu imaginer.

Pérou : deux activistes tués par la police près de la mine de Rio blanco

"Leave the oil in the soil, the coal in the hole, and the tar sand in the land" est l’un des slogans les plus entendus à Copenhague. Il ne s’agit pas que d’une revendication environnementale : elle s’appuie sur des luttes sociales, violemment réprimées.

Mieux vaut l’absence d’accord qu’un accord énonçant une catastrophe

La COP15 devrait finalement déboucher sur un accord. Non contraignant, et sans réelle ambition. Un moindre mal ? Pas nécessairement, explique Naomi Klein : un mauvais accord pourrait s’avérer pire que l’absence d’accord.

À Copenhague, c’est de nous-mêmes dont il est question

Les discussions à Copenhague ne tournent pas qu’autour du changement climatique ; il s’agit avant tout de savoir quel genre de personnes nous voulons être.

Défendre la "Terre-Mère" à Cochabamba

Le séminaire organisé à Porto Alegre pour les 10 ans du Forum Social Mondial a été l’occasion de préciser le principe de la Conférence sur le changement climatique, convoquée par la Bolivie, après l’échec de la conférence de Copenhague.

Copenhague, et après ?

Le collectif national Urgence Climatique, Justice Sociale organisait, ce samedi 6 février, une rencontre nationale pour avancer dans la construction d’un "mouvement citoyen" autour des questions de justice climatique. Mouvements en publie le texte de cadrage.

La bataille de l’Amazonie

À l’évidence, le changement climatique est un problème global, qui appelle des régulations internationales, négociées dans un cadre multilatéral. Mais il ne saurait s’y limiter : en ne tenant pas compte de sa dimension locale, la communauté internationale, et certaines ONG environnementales, tendent à masquer des injustices d’autant plus marquées que les réponses proposées font toutes appel au marché. Les peuples et tribus indigènes d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale sont parmi les premiers à en subir les conséquences et leurs luttes sont violemment réprimées, comme en Amazonie brésilienne, dont les peuples s’opposent à des exploitants forestiers soutenus par l’inaction du gouvernement local comme fédéral. La lutte des habitants du Gleba Nova Olinda en est un exemple.

À propos du modèle néolibéral équatorien

Alors qu’il entame sa quatrième année à la tête de l’Etat équatorien, Rafael Correa fait aujourd’hui face à un défi majeur de la part de certains des acteurs sociaux qui l’ont propulsé au pouvoir, sur fond d’exploitation des ressources naturelles.

Les droits de l’Homme et les droits de la nature sont les deux noms d’une même dignité

La Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique, convoquée par Evo Morales s’ouvre ce mardi à Cochabamba. Mouvements publie la lettre de l’écrivain urugayen Eduardo Galeano, par laquelle il a souhaité s’adresser à l’ensemble des participants.

Cochabamba : ambivalence et excitation

Tadzio Muller, militant actif du mouvement pour la justice climatique, organisateur des actions de blocage et de perturbation du sommet de Copenhague, participe à la conférence mondiale des peuples de Cochabamba. Il ne cache pas ses doutes, ses interrogations, mais aussi son enthousiasme. Le blocage du trafic aérien empêche de nombreux francophones de prendre part à cette rencontre. Privés de bloggeurs, Mouvements et Mediapart vous proposent donc la traduction du blog que Tadzio tient pour le Tageszeitung.

Cochabamba : quelles perspectives pour le mouvement du climat ?

Face à l’échec du sommet de Copenhague, et plus généralement du processus Onusien, les militants des mouvements pour la justice climatique doivent-ils revoir leurs stratégies ? Mouvements vous propose la suite du blog de Tadzio Müller, qui relate les dernières discussions tenues à Cochabamba.

Cochabamba : vers une semaine mondiale d’action pour la justice climatique

La conférence mondiale des peuples sur le changement climatique touche à sa fin. Non sans débats, parfois vifs, sur les orientations politiques et stratégiques.

Cochabamba : quand la voix des peuples se fait entendre

Cochacamba : premier bilan à chaud le 27 avril 2010

Une innovation dans la lutte contre le réchauffement climatique : l’Initiative Yasuní-ITT en Equateur

Un an après l’échec du sommet de Copenhague, la conférence de Cancun, au Mexique (novembre-décembre 2010) ne débouchera très probablement pas sur un accord significatif. Dans ce contexte, l’Équateur est à l’origine d’une initiative inédite, qui pourrait ouvrir un chemin vers l’après-pétrole : le président Correa a annoncé être prêt à renoncer à exploiter près de 850 millions de barils de pétrole, en échange d’une contribution significative de la communauté internationale.

Déconstruire l’imaginaire extractiviste, entretien avec Maristella Svampa

Engagée dans le soutien d’une loi de protection des glaciers, Maristella Svampa revient sur son engagement qui vise à sortir d’un modèle de développement fondé sur l’extraction des ressources naturelles - un modèle que les Kirchner n’ont cessé de soutenir - via des multinationales, auxquelles les lois néolibérales des années 1990 accordent de nombreux avantages. Ce modèle commence à être remis en cause un peu partout en Amérique du Sud - en témoignent les débats autour de concepts comme le néo-extractivisme, le buen-vivir auquel le sommet de Cochabamba a donné une visibilité inédite.

L’importance de Cochabamba pour le mouvement altermondialiste

Alors que s’ouvre le Sommet de Cancun, retour sur la Conférence de Cochabamba, qui unifie des conceptions anticapitalistes issues du mouvement ouvrier avec une tradition culturelle andine de rapports avec la nature et d’inscription dans des rapports communautaires collectifs. La Bolivie parvient ainsi à lancer une dynamique synthétisant l’opposition entre la logique capitaliste et la logique d’un développement soucieux d’équilibre écologique et social.

Le Protocole de Nagoya sur l’utilisation des ressources génétiques : un jeu à somme nulle entre Nord et Sud ?

La Conférence sur la biodiversité de Nagoya a débouché sur protocole contraignant autour de "l’accès et le partage des avantages". Ce texte est un accord commercial et industriel sans lien évident avec la conservation et la préservation de la biodiversité, dont l’élaboration a permis aux pays du Sud de faire entendre leur opposition à la marchandisation du vivant et leur attachement aux droits des populations autochtones.

Urgence d’un changement civilisationnel face à la nouvelle ruée minière mondiale, entretien avec William Sacher

En 2008, les éditions Ecosociété publiaient Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique d’Alain Deneault, Delphine Abadie et William Sacher, révélant les agissements hautement critiquables des sociétés minières et pétrolifères canadiennes en Afrique. Les multinationales minières canadiennes Barrick Gold (premier producteur d’or mondial) et Banro poursuivent la maison d’édition ainsi que les trois auteurs pour diffamation en leur réclamant un total de 11 millions de $ canadiens, dans ce qu’il y a lieu de qualifier de poursuites-bâillon (appelées SLAPP en anglais). Le procès est prévu pour cet automne. Derrière ce procès, ce sont la liberté d’expression, le droit à l’information, le droit à la participation au débat public sans intimidation et la possibilité de publier des travaux de recherches de qualité et sans complaisance, qui sont remis en cause.

Afin de soutenir (http://slapp.ecosociete.org/) les auteurs et la maison d’édition, et pour contribuer à lever le voile sur les agissements des entreprises minières sur la planète, Mouvements publie une interview de William Sacher, réalisée par Maxime Combes dans le cadre du projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org) qui explique comment le Canada est devenu un véritable "paradis judiciaire et réglementaire" pour les entreprises minières. Il contribue ainsi à une "nouvelle ruée minière" visant à satisfaire les besoins croissants en matières premières de nos modèles de consommation, sans tenir compte des conséquences environnementales, sociales et démocratiques sur les populations directement impactées par l’extraction. Là où, au contraire, un "changement de paradigme civilisationnel" serait nécessaire.

Extraction des ressources naturelles : du pain aujourd’hui, des incertitudes demain

En s’appuyant sur les exemples boliviens et péruviens, Raul Zibechi, interroge ce qu’il appelle « l’extractivisme » en tant que « nouvelle étape de la financiarisation de l’économie ». A l’heure où les luttes et réflexions sur l’extraction des ressources naturelles prennent toujours plus d’importance dans de nombreux pays latino-américains, Bolivie et Equateur compris, cet article invite à s’interroger sur ce que serait un modèle de société post-extractiviste.

Occupons Durban et la COP-17 !

Il y a tout juste deux ans se tenait le sommet de « la dernière chance ». Copenhague a donné Flopenhague (1). Depuis, un nouveau record d’émissions de gaz à effets de serre est battu quasiment chaque année : + 6 % en 2010 (2). Les niveaux d’émissions sont aujourd’hui plus hauts que le pire des scénarios publiés par les scientifiques il y a à peine 4 ans. Nous allons vers 3 à 4°C de réchauffement climatique global et la consommation d’énergie carbonée s’accroît. Les conséquences à travers le monde sont désastreuses (3) : sécheresses en Australie et en Afrique, inondations au Pakistan et en Thaïlande, feux de forêts en Russie, montée des eaux qui menacent les îles du Pacifique, changement des saisons des pluies dans les Andes ou en Asie du Sud-Est, etc.
Alors que les dérèglements climatiques menacent la vie de millions de personnes sur la planète (4), le sujet a quasiment disparu de l’agenda politique. Après avoir été omniprésent, le climat semble avoir été totalement oublié. C’est particulièrement vrai en Europe, où la crise financière et économique l’a totalement évincé, comme si les deux questions n’avaient absolument rien à voir l’une avec l’autre. La dernière déclaration du G20 y consacre seulement cinq lignes absolument creuses, sans aucune annonce (5). C’est dans cette indifférence quasi-générale que va se tenir une nouvelle conférence de l’ONU sur le climat du 28 novembre au 9 décembre à Durban en Afrique du Sud.

Luttes contre l’exploitation des gaz de schistes au Québec : quand un enjeu environnemental brasse les cartes du jeu politique

La thématique de l’exploitation des gaz de schistes a surgi assez brutalement dans la vie politique québécoise, par le biais médiatique, à l’été 2010. Depuis, les tentatives d’exploration des sous-sols en vue du repérage de cette ressource naturelle, de même que son exploitation à des fins commerciales sont devenues de véritables enjeux politiques.

Développement, droits de la Nature et Bien Vivre : l’expérience Équatorienne

Dans le marasme de l’après-Copenhague (décembre 2009), l’espoir de parvenir à construire des politiques réellement durables est principalement venu d’Amérique La-tine ; plus précisément de la Bolivie et de l’Équateur. Les deux pays andins n’ont plus seulement attiré l’attention des militants soucieux d’observer et de s’inspirer de l’expérience de présidents et de gouvernements progressistes, issus (directement dans le cas d’Evo Morales) du mouvement social, mais ont également largement intéressé les écologistes. Evo Morales a convoqué une rencontre autour des Droits de la Terre-Mère, tandis que l’Équateur a initié le projet (en voie d’abandon) de gel des forages pétroliers dans le parc national de Yasuni. L’Équateur est par ailleurs le premier État au monde à avoir reconnu, dans sa constitution, les droits de la Nature. Le chercheur uruguayen Eduardo Gudynas revient dans cet article sur les fondements et la portée de l’expérience équatorienne.

La nature sujet de droit : une fiction, un mythe fondateur pour changer la réalité ?

Mouvements publie la réaction critique de Jean-Marie Harribey au texte d’Eduardo Gudynas, paru dans le numéro 68 de la revue.

Durban, un bilan au-delà de l’arène officielle

Beaucoup a déjà été dit et écrit sur la dernière conférence internationale sur le climat qui s’est tenue à Durban (Afrique du Sud - COP17) en décembre dernier. Principalement, voire quasi-exclusivement à partir des négociations entre les pays. Dans les commentateurs pris globalement, il y a ceux qui, dans la continuité de la position officielle de l’Union Européenne et de la France, se satisfont une nouvelle fois du compromis final, « le maximum de ce que l’on pouvait obtenir », et ceux qui dénoncent des négociations incapables d’infléchir le cours des choses en prenant des décisions, notamment de réductions d’émissions, qui soient à la hauteur des défis climatiques auxquels nous sommes confrontés (1). Dans les deux cas, et bien qu’étant partie prenante de cette seconde catégorie, de telles analyses font la part belle à l’arène officielle, délaissant les dynamiques à l’oeuvre dans la société civile et, qui plus est, dans les sociétés. Si ce texte n’a pas la prétention d’éclairer l’ensemble de ces dynamiques, il a pour objectif de relater quelques-uns des éléments saillants des initiatives de la société civile qui se sont déroulés à l’extérieur des négociations officielles, à Durban et ailleurs, afin de discuter quelques hypothèses de compréhension et quelques propositions déjà sur la table. Ce texte ne prétend pas épuiser ce travail d’analyse et de réflexion. Il est absolument nécessaire de l’approfondir. Ce d’autant plus qu’année après année, les critiques sur l’intérêt de participer à de telles conférences de l’ONU, souvent légitimes et parfois justifiées, se font plus fortes.

Droits de la nature, mythe ou réalité ?

La révolte contre l’extraction des gaz de schiste en Ardèche : L’attachement au territoire comme enjeu politique

Carte des grands projets inutiles

Mouvements publie une carte mondiale évolutive des grands projets inutiles et imposés - à l’instar du projet d’aéroport de Notre Dame Des Landes.

Réserves marines : accaparement des océans et dépossession des pêcheurs

Alain Le Sann Secrétaire du Collectif pêche et Développement Président du Festival du film « Pêcheurs du Monde », Lorient

La biotechnologie et l’essence de la science contemporaine

De l’homme aux bois à l’homme aux poissons : La traque des indigènes de l’Hexagone

La pensée écologique - une anthologie très personnelle

A propos de Dominique Bourg & Augustin Fragnière, La pensée écologique – une anthologie, PUF, 2014.

Séminaire Nature et Politique

Fichiers

Prison et écriture : haute surveillance, entretien avec Abdel Hafed Benotman

Abdel Hafed Benotman, est écrivain et ancien prisonnier. Auteur de deux fictions à caractère autobiographique Marche de nuit sans lune (2008) et Éboueur sur échafaud (2003) ainsi que de deux recueils de nou-velles Les Forcenés (2000 - première édition en 1993) et Les poteaux de torture (2006), tous publiés aux éditions Rivages /Noir, il a passé dix-sept ans en incarcération. Résistant dans et hors les murs par la littérature, il a également créé, à l’extérieur de la prison, un journal à caractère militant intitulé l’Envolée. Il a accepté de retracer pour Mouvements un parcours tout autant do-miné par la conscience sociale que par l’insoumission.

Fichiers : logique sécuritaire, politique du chiffre ou impératif gestionnaire ?

Peut-on se contenter de convoquer la figure de Big Brother pour analyser la question du fichage ? Ou doit-on aussi la penser par une recherche d’efficacité, de rationalisation, et de réduction des coûts des procédures ? À travers le cas des fichiers des étrangers, Meryem Marzouki formule l’hypothèse qu’une logique de management est tout autant à l’œuvre que la logique sécuritaire, dans un triple objectif de contrôle des populations, de gestion de l’exercice de ce contrôle et d’évaluation du résultat de sa mise en œuvre.

La maîtrise de l’information statistique

A l’heure où l’ONU fait du 20 octobre la journée mondiale de la statistique, Didier Gelot rappelle que l’emprise exercée par Sarkozy sur la communication ne se limite pas aux média, mais touche plus profondément aux outils de base de l’information démocratique. Les statistiques, et en particulier le service de statistique publique, fournissent en effet les paramètres essentiel à la connaissance de la société et à la prise de décision politique. D’où l’enjeu pour la pouvoir de les contrôler et pour le mouvement social d’en garantir le pluralisme.

French pride

La France et ses étrangers

« Subie », « choisie » ou ignorée, l’immigration est un laboratoire de politiques répressives qui dissimulent leur brutalité derrière la rationalité gestionnaire de leur discours. Entretien vidéo.

Le nationalisme « soft » de Nicolas Sarkozy

Les discours de Nicolas Sarkozy sur l’immigration et l’identité nationale peuvent être qualifiés de « nationalistes ». Mais il s’agit d’un nationalisme « soft » adapté aux lois de la démocratie télévisée auxquelles nous sommes soumis aujourd’hui.

Le retour de la race

Comment les fantasmes de la race et le racisme se transforment en s’appuyant sur la reconfiguration de l’"ennemi intime", souvent sous couvert d’universalisme.

La "dame de fer" néerlandaise, un modèle pour Nicolas Sarkozy ?

Source d’inspiration du ministère de l’immigration et de l’identité nationale, le ministère de l’intégration des Pays-Bas s’en distingue, exigeant des "autochtones" des efforts envers les étrangers.

Des Français pas tout à fait comme les autres

Visant à célébrer l’entrée des nouveaux venus dans la citoyenneté française, les cérémonies de naturalisation consacrent en réalité la déficience symbolique de ce statut.

French pride

Nationalisme "soft" ou patriotisme "dur" ? Identité nationale, drapeau tricolore, glorification des croisades : les candidats à la présidentielle se saisissent de la question nationale pour désigner de nouveaux ennemis de l’intérieur.

A quoi ressemblera la France de Nicolas Sarkozy ?

Services publics, impôts, santé, libertés, politique internationale...un programme de régression sociale et de crispation autoritaire. Un film de Thomas Lacoste.

L’histoire par Nicolas Sarkozy : le rêve passéiste d’un futur national-libéral

Jaurès, Ferry, Blum, De Gaulle, Mai 68, les conquêtes coloniales... Quelle légitimation le candidat de l’UMP cherche-t-il à tirer de cette accumulation hétéroclite ?

Des usages étatiques de la lettre de Guy Môquet

L’injonction de lecture de la lettre de Guy Môquet dans tous les lycées de France prend le risque de patrimonialiser un document historique au service de la transmission d’une idéologie d’État

L’Afrique de Monsieur Sarkozy

FABRIQUE DES IDEES—Véritable coup de force symbolique, le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar le 26 juillet dernier enferme l’Afrique dans les clichés coloniaux et insulte son rapport au monde. 7 août 2007.

Le président français, l’âme africaine et le continent immobile

FABRIQUE DES IDEES—Le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar révèle au ce qui jusqu’à présent relevait du non dit : l’armature intellectuelle de la politique africaine de la France date de la fin du XIXe siècle. 8 août 2007.

Race objective vs. Race subjective

FABRIQUE DES IDEES. Eric Fassin revient sur la décision du Conseil Constitutionnel invalidant l’article 63 de la loi Hortefeux et en discute l’argumentation. En voulant disqualifier la référence à la "race", le Conseil est entré dans une discussion qui remet en question l’approche juridique du racisme.

Mariage annulé : un étonnant retour du sacré

INTERVENTION. Laurent Lévy revient sur le jugement du tribunal de Lille qui, par-delà le thème vendeur de la virginité, traduit surtout un retour en force de la sacralité institutionnelle du mariage. 10 juin 2008

La Nation toute nue

INTERVENTION. Si la naturalisation est une décision régalienne de l’Etat - une faveur accordée à l’étranger-, l’acquisition de nationalité après un mariage avec un Français est un droit. Une femme marocaine s’est vue refusée ce droit parce qu’elle portait un Niqab, considéré comme une preuve de "défaut d’assimilation". Laurent Lévy revient sur l’arrêt du Conseil d’Etat. 2 septembre.

Gauches

Une autre gauche est-elle possible ? L’espace électoral du NPA

GAUCHE. Vincent Tiberj, du CEVIPOF, analyse pour Mouvements l’électorat du Nouveau Parti Anticapitaliste. 22 juin 2008.

Un autre parti est-il possible ?

GAUCHE. Clémentine Autain, rédactrice en chef de la revue Regards, nous donne sont point de vue sur le Nouveau Parti Anticapitaliste. 22 juin 2008.

Où allez vous ?

GAUCHE. Jean-Christophe Cambadélis, Député de Paris, secrétaire national du PS, nous donne son point de vue sur le Nouveau Parti Anticapitaliste. 22 juin 2008.

Ne pas se tromper d’ambition

GAUCHE. Olivier Dartigolles, membre du comité exécutif national du PCF, nous donne son point de vue sur le Nouveau Parti Anticapitaliste. 22 juin 2008.

À quoi sert le NPA ?

GAUCHE. Noël Mamère, député-maire Verts de Bègles, nous donne son point de vue sur le Nouveau Parti Anticapitaliste. 22 juin 2008.

Pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

GAUCHE. François Sabado, membre du bureau politique de la LCR, donne son point de vue sur le Nouveau Parti Anticapitaliste. 22 juin 2008.

Une autre vision de l’alternative au PS : l’appel de Politis

GAUCHE. Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis, nous donne son avis sur le Nouveau Parti Anticapitaliste, à partir de l’appel initié par l’hebdomadaire. 22 juin 2008.

L’aventure « NPA » : un chaos créateur

DOSSIER NPA. Mouvements poursuit la mise en débat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avec Philippe Corcuff, sociologue et membre de la LCR et du NPA. 12 décembre 2008.

Une nouvelle approche politique est possible !

DOSSIER NPA. Mouvements poursuit la mise en débat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avec Francine Bavay, vice-présidente du Conseil Régional d’Ile de France. 12 décembre 2008.

NPA : nulle part ailleurs ?

DOSSIER NPA. Mouvements poursuit la mise en débat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avec Michel Husson, membre du Conseil Scientifique d’Attac. 12 décembre 2008.

Nouvelles constellations de la gauche radicale en Allemagne

ELECTIONS EN ALLEMAGNE : A la faveur d’un contexte international propice et d’une reconfiguration de la gauche parlementaire nationale, un pôle de gauche est apparu en Allemagne. Depuis deux ans environ, un espace s’est ouvert à l’interface de la scène non parlementaire de gauche radicale et de certains courants du parti Die Linke. Dans cet espace, les militants se réclament à la fois des traditions de la ‘gauche sociale’ et de la ‘gauche culturelle’, qu’ils souhaitent unir dans une pratique interventionniste. Anne Joly analyse les conditions de cette émergence et ses conséquences sur le paysage politique de la gauche allemande. Le texte est suivi d’une interview de Michael Below, lembre berlinois de la Gauche Interventionniste. 5 septembre 2009

Regards, des années 1930 à nos jours

Créé en 1931, Regards, l’un des plus anciens titres de la presse française, est au bord du dépôt de bilan. Ses chroniqueurs ont lancé un appel à soutien, "pour que Regards continue de vivre", que nous publions ici, assorti d’un retour sur l’histoire singulière de ce menseul, par deux de ses anciennes rédactrices en chef.

Un réalisme intransigeant - à l’occasion du cinquantenaire de la New Left Review

Née en 1960, la NLR « première mouture » est animée par des intellectuels critiques du « vieux » mouvement ouvrier issus majoritairement des Cultural Studies (Stuart Hall, E.P Thompson, Raymond Williams). L’équipe est rajeunie en 1962 avec l’arrivée d’une nouvelle génération d’intellectuels qui reste en partie aux commandes de la revue aujourd’hui (Tariq Ali, Robin Blackburn, Alexander Cockburn, Perry Anderson). La NLR s’inscrit contre le sous-développement théorique de la gauche britannique et son éloignement du marxisme. S’inspirant des Temps modernes sartriens, la NLR est depuis 50 ans une revue de gauche radicale, ouverte au monde, attentive aux mouvements politiques et sociaux, mais aussi à la culture, surtout depuis sa refonte en 2000.

Socialisation des laboratoires Servier

L’affaire du Mediator qui a éclaté dans la grande presse, il y a un an à peu près, a mis sur le devant de la scène en France les dysfonctionnements majeurs de l’industrie pharmaceutique. Ces dysfonctionnements cependant ne sont pas nouveaux. Ils ont fait l’objet de quantité d’articles et d’émissions dans les médias anglo-saxons, beaucoup moins en France. Le livre d’Irène Frachon posant brutalement la question : « combien de morts ? » provoque bien entendu une forte émotion et contraint les pouvoirs publics à réagir avec détermination : ouverture d’enquêtes judiciaires, commissions parlementaires, remplacement du directeur de l’Agence des Médicaments (AFSSAPS - Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), rapport de l’IGAS, indemnisation des victimes, etc.

Gaza

Parti socialiste : l’impossible critique d’Israël

GAZA. Alors que le PS ambitionnait de prendre "une position franche" sur Gaza, il s’est contenté de réaffirmer sa "neutralité", mettant sur le même plan "deux camps qui souffrent". Philippe Marlière décrypte cette logique, qui refuse de prendre en compte l’oppression dont sont victimes les palestiniens. 18 janvier 2009.

Israël : le suicide par l’autodéfense

GAZA. Les tentatives d’Israël visant à assurer sa sécurité par le recours à la force s’avèrent être des échecs. Comprendre les motivations qui poussent Israël à poursuivre dans cette voix implique de revenir sur ses fondements discriminatoires et son "désir d’être haï". 18 janvier 2009.

Le CRIF : un sale boulot pour les juifs français

INTERVENTIONS. L’actuel président du CRIF parvient à défendre l’Etat d’Israël jusque dans ses actes les plus indéfendables, tout en jugeant « haineux », voire antisémites, ceux qui dénoncent ces actes. La co-présidente de l’Union juive française pour la paix refuse ce chantage en se rangeant « du côté des droits et des opprimés, contre l’injustice, et la barbarie ».

Gaza : les exigences d’une solidarité active

GAZA. Gus Massiah expose ici ce qu’il estime être les priorités du mouvement de solidarité contre la guerre et la colonisation : soutenir la résistance palestinienne dans son ensemble ; veiller à ne pas en accroître les divisions mais à en favoriser l’unité ; assumer nos propres responsabilités vis-à-vis de la communauté internationale. 20 janvier 2009.

Palestinien universel : entretien avec Omar Somi

GAZA. En pleine offensive israélienne à Gaza, les manifestations de janvier 2009 ont témoigné de nouvelles formes de mobilisations en France pour la cause palestinienne. Pour nous en parler, Mouvements a interrogé Omar Somi, délégué général de l’association Génération Palestine. 7 février 2009

Israël et Gaza : la perte des repères moraux

GAZA. Comment expliquer le soutien quasi unanime de la société israélienne pour une solution de force à Gaza dont les effets meurtriers et dévastateurs ont pourtant été d’emblée visibles par tous ? Pourquoi ce processus de déréalisation du Palestinien qui conduit à l’acceptation par une majorité d’Israéliens d’un massacre d’une telle ampleur ? Michel Warschawski tente ici d’éclairer de l’intérieur les raisons de cette dérive vers une perte progressive de tous repères moraux. 7 février 2009

Israël échappera-t-il aux poursuites pour crimes de guerre ?

GAZA. Phyllis Bennis doute de la possibilité politique de poursuivre Israël pour crimes de guerre malgré les possibilités offertes par le droit international et malgré les responsabilités évidentes d’un Etat multirécidiviste. 7 février 2009

Après Gaza et les élections en Israël

EDITO. Les Israéliens viennent tout juste d’élire la Knesset la plus à droite de leur histoire, avec un parti d’extrême-droite, celui d’Avigdor Lieberman, arrivé en troisième position juste devant le parti travailliste, désormais en miettes.

Israël et la "vertu outragée"

GAZA. Ilan Pappé dénonce et éclaire cette posture de "vertu outragée" qui permet aux Israéliens de commettre en toute bonne conscience des crimes de guerre à grande échelle. Pour lui, c’est seulement en remontant aux sources et à la nature même du sionisme, qu’on parviendra à déligitimer une telle posture. 20 février 2009

Gaza : les témoins racontent

GAZA. Une délégation, constituée à l’initiative du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens - regroupant plus de 60 organisations -, s’est rendue dans la Bande de Gaza du 18 au 24 janvier. Mireille Fanon-Mendès France en faisait partie : son rapport, très détaillé, est accablant. Nous en publions ici quelques extraits, des témoignages recueillis auprès des habitants de Gaza.

La gauche et l’appui à la résistance palestinienne

GAZA. Nadine Rosa-Rosso aborde ici la question de l’interférence de la question de l’islam politique dans l’engagement des mouvements de gauche en Europe en faveur de la cause palestinienne. Ce texte a été présenté au Forum international de Beyrouth pour la résistance, l’anti-impérialisme, la solidarité des peuples et les alternatives, le 17 janvier 2009.

Gaza : pourquoi l’usage de bombes au phosphore blanc est un crime de guerre

GAZA. Au cours de son attaque contre Gaza, l’armée israélienne a fait usage de munitions au phosphore blanc. Cette arme avait été utilisée par les Etats-Unis au Vietnam, par l’armée russe contre les Tchétchènes… ou par le dictateur Saddam Hussein contre les Kurdes irakiens. Malgré des dommages contre les populations similaires à ceux d’armes chimiques, le phosphore blanc est encore considéré par le droit international comme une « arme incendiaire » classique.

L’intransigeance israélienne pousse le Hamas à la radicalisation

GAZA. Un des effets de la récente offensive israélienne contre Gaza sera-t-il de donner au Hamas un rôle prépondérant au sein de la société palestinienne ? Dans cet entretien réalisé par Philippe Marlière, Gilbert Achcar, politologue franco-libanais, analyse l’évolution et la place spécifique du Hamas dans le paysage politique palestinien. 15 mars 2009

La démographie de Gaza, toujours rebelle ?

GAZA. La démographie gazaouie présente de nombreux traits inédits. Ils peuvent s’analyser en tant que tels. Mais on peut également les replacer dans le contexte du conflit israélo-palestinien. Une perspective s’impose alors : tendre vers une liberté de circulation entre Gaza et Israël… 30 avril 2009.

Human Rights Watch et le conflit israélo-arabe

En veillant au respect du droit humanitaire dans le conflit israélo-palestinien, Human Rights Watch serait-il tombé dans le piège d’un faux « apolitisme » qui évite de prendre en compte le contexte colonial du conflit ? C’est l’avis du sociologue palestinien Sari Hanafi. 3 mai 2009

Ravitailler Gaza au risque de sa vie

Voici un texte que Thomas Sommer-Houdeville, coordinateur des missions civiles en Palestine, a écrit samedi soir depuis le cargo grec faisant partie de la flottille de la liberté. Il y a fait part des pressions exercées par l’armée Israélienne, quelques heures avant qu’elle ne donne l’assaut, assassinant au moins 10 militants. La flotille entendait briser le blocus de Gaza, et y apporter du matériel médical, des maisons préfabriqués, des médicaments, etc.

Grand Paris

Gouverner le Grand Paris : le poids de l’histoire

DOSSIER GRAND PARIS. Le Grand Paris fut et demeure un territoire que l’imaginaire collectif associe à une histoire conflictuelle entre Paris la dominatrice et l’arrogante contre ses banlieues jalouses de leur indépendance. Pourtant c’est aussi l’histoire d’une solidarité oubliée. L’historien Emmanuel Bellanger nous narre comment cette entité est née au début du 19 e siècle, a su créer des projets communs profitant à tous et inventé une gestion décentralisée. La loi de réorganisation de la région parisienne en 1964 a tout mis par terre et fait basculer le territoire dans l’éclatement et les rivalités. Jusqu’à aujourd’hui encore. Le 18 novembre 2008

La nature du Grand Paris

DOSSIER GRAND PARIS. Si Paris a une place économique, culturelle et sociale si spécifique et centrale, elle est aussi une ville dont on entre et on sort pour aller vers sa périphérie. Les lieux de vie, d’habitation, de travail, d’approvisionnement ou d’études sont multiples. Il faut donc organiser les pouvoirs de ce territoire avec des partenaires égaux. Avec une nouvelle gouvernance et un réel dialogue. Le 18 novembre 2008

Pour une métropole solidaire

DOSSIER GRAND PARIS. Pour Patrick Braouezec, l’avenir de la métropole ne peut et ne doit pas être un enjeu consensuel. Parce que l’histoire de ce territoire est profondément marqué par la volonté politique de reléguer les pauvres, les travailleurs comme leurs lieux de travail et de vie hors les murs de la capitale. Et a entraîné une relégation, des inégalités territoriales mais aussi des appartenances et des richesses nouvelles. S’engager dans une métropole, qui attirera toujours plus d’activité tout en rejetant ses populations n’est pas la solution. Le président de Plaine-Commune plaide ainsi pour la reconnaissance de la diversité existante en choisissant une organisation du territoire en marguerite, avec des pôles divers. Le 18 novembre 2008

Paris, Penser et agir métropole

DOSSIER GRAND PARIS. Le débat autour du « Grand Paris » pose la question de l’inadéquation croissante des espaces matériels, fonctionnels, et sensibles vécus et des territoires inchangés de la décision publique, des organisations politiques hérités de l’histoire. Pour Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris, si Paris doit garder sa place de premier plan, il faut franchir le cap métropolitain et, contre une tendance à la fragmentation « ré-agglomérer ». A ses yeux, cela ne peut fonctionner qu’en prenant en compte la multiplicité des identités, des subjectivités, à toutes les échelles. Et en se fixant un objectif : construire une métropole polycentrique. Le 18 novembre 2008

Vers un urbanisme sensoriel : entretien avec Thierry Paquot

Grand Paris. Dans cet entretien, Thierry Paquot décrit sa vision de l’urbanisme, conçu comme l’art d’agencer les activités humaines. Loin de l’utopie d’une densité toute en tours et hauteurs, il préfère une ville qui développe l’intensité des bas étages.

Logement

Démolir et reloger

Comment le gouvernement peut à la fois, en apparente contradiction, mener une politique de démolition de logements sociaux et promouvoir le droit au logement opposable.

Refonder le système national du logement

Les propositions qui ont émergé dans la campagne permettent-elles un véritable règlement des questions de mal-logement ? Pas sans une refonte des socles de la politique nationale du logement.

1% logement : ne touchez pas au grisbi

Bonnes feuilles. « Studio, 14 m2, 650 euros par mois. » Vous pensez avoir mal lu ? Détrompez-vous, les annonces de ce type ne manquent pas… À partir d’enquêtes de terrain et de données chiffrées, ce livre manifeste dresse un état des lieux de la crise du logement en France : loyers prohibitifs, scandale des appartements vacants et des bureaux vides, dérives des programmes de rénovation urbaine, inadaptation et marchandisation du parc HLM, fracture immobilière générationnelle, mirage de l’accession à la propriété, résurgence des bidonvilles… Cette expertise militante, plongeant au cœur d’un scandale français, se veut également un réquisitoire contre la démagogie du « Tous propriétaires ! », slogan remis au goût du jour par le président Sarkozy.

Les relogés de la rénovation urbaine : un bilan plutôt positif altéré par les difficultés des plus démunis

Le bilan des opérations de rénovation urbaine est mitigé : si les préoccupations sociales et humaines ne se sont pas effacées derrières les approches purement urbaines, et que la majorité des bénéficiaires estiment y avoir "gagné", ces opérations ont un impact limité sur les ménages les plus démunis, et ont des effets plus incertains à long terme.

Expérience interstitielle. Construire pour et avec les Roms. Entretien avec Julien Beller

C’est par l’interstice que l’engagement entre parfois dans le corps ou l’ordre des architectes, comme expérimentation politique. La polysémie du terme « interstice » est riche, et s’il s’agira ici d’évoquer d’abord les interstices urbains temporaires, les espaces interculturels en chantier et les lieux de proximité. Discuter de l’interstice, ou mieux, de l’expérience interstitielle mène parfois aux voies plus réflexives, pour ne pas dire intimes, qu’une bifurcation biographique aurait enclenchées dans la représentation et l’exercice d’une pratique professionnelle – celle d’architecte. Il y a cinq ans, Julien Beller arrive à Saint-Denis pour construire sans permis une maison en bois dans le jardin d’une amie. « L’interstice, l’autre, d’autres manières de faire, l’auto-construction » sont des questions qui le poursuivent en fait depuis son engagement avec No Mad’s Land auprès des gens du voyage, et l’exigence de faire pour et avec les gens concernés. La maison achevée laisse ses rebuts, des restes de matériel qui font signe d’un reste-à-faire. Le moment coïncide avec un « problème rom » de logement et de précarité devenu tel dans la ville que beaucoup d’associations se sont ouvertes à ces problématiques. La Mairie avec. Qui projette une démarche ambitieuse et unique d’accueil (au sens plein du terme) des Roms, et cherche encore son maître d’ouvrage. Julien Beller tente ici de retracer la genèse et les enjeux de cette initiative.

La ville brûle-t-elle

Maghreb/Machrek

La révolution égyptienne vue par un militant altermondialiste

Entretien avec Mamdouh Habashi, militant altermondialiste égyptien.

Le printemps arabe : un printemps africain ?

Les révolutions tunisienne et égyptienne peuvent-elles avoir des conséquences sur les régimes africains du sud du Sahara ?

La crise en Libye : un défi pour l’internationalisme

Depuis plusieurs années, Hugo Chavez multiplie les partenariats avec des États qui, à ses yeux, sont des alliés, en raison de leur opposition à l’hégémonie états-unienne : Iran, Biélorussie, Zimbabwe... et Libye. Pour les acteurs de la dynamique altermondialiste, le dilemme est le suivant : comment parvenir à s’opposer à l’impérialisme, sans instrumentaliser les processus de transformation ?

Médias

"Une censure bien visible"

Les analyses que Pierre Bourdieu – et plusieurs sociologues de son école – a produites du monde des médias ont donné lieu à de vives polémiques. Les plus véhéments de ses contempteurs, occupant souvent les positions les plus en vue du champ journalistique, ont dénoncé comme relevant d’une « haine des médias » ce qui était avant tout une critique de l’hétéronomie grandissante d’un univers soumis aux exigences de rentabilité des grands groupes de presse. L’entretien qui suit, réalisé auprès d’une jeune journaliste, valide largement les analyses bourdieusiennes en soulignant l’influence délétère de la dépendance économique et de la précarité de l’emploi sur la production de l’information.

Justice, presse et médias : de Zola à Outreau

DEBAT : La place de la justice dans la démocratie, les évolutions suivies par le statut de la victime et le rôle de la presse dans les processus d’identification à la victime et d’indignation face aux faits divers sont les questions abordées lors d’une table ronde organisée par la LDH lors des 3èmes rencontres du livre et de la presse des droits de l’Homme qui se sont tenues les 12 et 13 avril 2008. Débat autour d’Agnès Tricoire (LDH), les journalistes Florence Aubenas (Nouvel Obs) et Pascale Robert-Driard (Le Monde), le magistrat Denis Salas, Jean-Pierre Dubois président en exercice de la LDH et Henri Leclerc, un de ses anciens présidents. Le 14 novembre 2008.

Où en est la critique des médias ? Entretien avec Henri Maler de l’association Acrimed

Parler de critique des médias en France c’est nécessairement évoquer l’association ACRIMED (Action CRItique MEDia) créée dans la foulée du mouvement social de 1995. Interroger, Henri Maler, son co-animateur et co-fondateur a ainsi semblé essentiel dans la perspective d’une analyse de l’évolution de la critique des médias depuis quinze ans. Il nous livre ici, au-delà d’un retour sur l’action spécifique de l’association, ses analyses sur les perspectives politiques de la « critique des médias » alors entendue comme lutte sociale et politique spécifique.

Militer à l’ère du tout médiatique

Table-ronde avec Maria Candea et Juliette Durand Delga (Mix-Cité), Jean-François Tealdi (Parti Communiste) et Xavier Renou (les Désobéissants). La « critique des médias » est indissociable d’une vision politique de l’espace public et du projet de sa transformation. Elle semble ainsi fonctionner comme un fond théorique partagé pour nombre de mouvements militants de gauche. Le dialogue engagé ici éclaire convergences et différences sur la question et renseigne sur la complexité des postures théoriques et pratiques adoptées vis-à-vis des médias dominants quand il s’agit de militer.

Les débats télévisés en 36 questions-réponses

Mémoire/histoire

Quelle place pour une mémoire et une histoire critique en France et en Allemagne ?

Comparer les conditions d’énonciation d’une histoire et d’une mémoire critiques en France et en Allemagne permet de prendre la mesure du provincialisme de la pensée historique française lié notamment aux conditions d’accès et d’exercice du métier d’historien.

New droite

Pourquoi Sarkozy nous fait peur ?

Dossier : Stratégies agressives, crispation identitaire, brutalité répressive et promesses trahies. En cinq ans de pouvoir, Nicolas Sarkozy a porté atteinte aux libertés et à la cohésion sociale.

La double peine est morte. Vive la double peine !

En 2002, Nicolas Sarkozy lance une réforme de la double peine. Prenant de cours les associations, le ministère de l’Intérieur préconise des mesures cosmétiques. Retour sur un effet d’annonce.

Sarkozy élu : cinq ou dix ans de galère ?

Comment la lutte contre les discriminations est-elle passée à droite ?

FABRIQUE DES IDEES. La lutte contre les discriminations est à l’ordre du jour. Sarkozy en a fait l’un de ses thèmes fétiches, jouant habilement sur la notion controversée de « discrimination positive ». Analyse d’un chercheur, extraite du n° 52 de Mouvements. 13 décembre 2007.

L’hémisphère droit. Comment la droite est devenue intelligente.

FABRIQUE DES IDEES. À en croire son chef, la victoire électorale de la droite au printemps dernier serait aussi, voire d’abord, le fruit d’une bataille menée sur les idées. Véritable révolution culturelle de la droite française ou efficace mise en scène communicationnelle ? Rupture idéologique ou méthodologique ? Si le discours de la méthode proposé aujourd’hui par le staff sarkozyste n’est pas à prendre pour argent comptant, la chronologie de cette victoire est lourde d’enseignements. 13 décembre 2007

Occupy / Indignés

La révolte des indigné-e-s, notes depuis la Plaza Tahrir de Barcelone

Il n’y a plus de doutes. Le vent qui a électrisé le monde arabe ces derniers mois, l’esprit des protestations répétées en Grèce, des luttes étudiantes en Grande-Bretagne et en Italie, des mobilisation anti-Sarkozy en France… est arrivé dans l’Etat espagnol.

Camp de Barcelone : V de Victoire

Le Mouvement du 15 Mai a vaincu la première tentative de le réprimer. Ce vendredi 27 mai, l’opération d’expulsion du camp de la « plaza Catalunya » à Barcelone, le second en importance jusqu’à présent dans l’Etat espagnol, a été un échec cuisant.

“No es un botellón, es la revolución !”

Lancé il y a plus de trois semaines, le mouvement du 15 mai est bien vivant ! Si le campement de Puerta del Sol est temporaire, le mouvement des indignés commence à s’ancrer dans les quartiers de Madrid. Le présent s’organise, ainsi que le futur.

Le mouvement des indignées : passer à l’étape suivante

Cela fait déjà quatre semaines. Quatre semaines que le paysage politique et social dans tout l’Etat espagnol a été bouleversé par l’irruption d’un mouvement que personne n’attendait. Ce mouvement a déjà à son actif quelques victoires politiques face à la Junte Electorale d’abord, et face à la tentative d’expulsion du camp de Barcelone ensuite. Et, surtout, il a mis fin à la passivité résignée face aux attaques contre les droits sociaux.

Les Indignées devant le Parlement. Notes sur la journée du 15 Juin à Barcelone.

La journée du 15 juin (15J) laissera des traces. 24 heures qui en valent bien plus. Un temps accéléré et condensé. Elle marque, sans aucun doute, un point d’inflexion, au résultat incertain, dans la trajectoire du mouvement né le 15 mai dernier (15M).

Manifestations du 19 Juin dans l’Etat espagnol : Indignation massive !

La mobilisation des « Indignées » a une fois de plus dépassé toutes les prévisions en prenant massivement les rues et en démontrant le gouffre existant entre les masses et les institutions.

19J à Barcelone. Il n’y a plus de doutes : la rue est à nous

Le 19J était un test décisif pour le mouvement né le 15 mai dernier. L’objectif initial de la journée était de traduire en une mobilisation de rue les sympathies populaires que le mouvement avait suscitées au cours de ces dernières semaines. De plus, après la journée d’action du 15 juin devant le Parlement catalan, la manifestation du dimanche 19 juin s’est également transformée en une épreuve de force face aux adversaires du mouvement. Après le 15 juin en effet, ce mouvement s’est vu plongé dans une bataille pour défendre sa légitimité. Il devait donc montrer toute sa force dans une mobilisation de masse capable de balayer les doutes.

Le combat pour la "démocratie réelle" au cœur de "Occupy Wall Street"

Le mouvement Occupy Wall Street, qui s’étend dans l’ensemble des États-Unis, ne porte pas que des revendications économiques. Il s’inscrit dans un cycle plus vaste, qui, de la place Tahrir à la Puerta del Sol, pose la question du dépassement du système politique représentatif.

À court de chewing gum

Qui aurait pu prévoir le mouvement Occupy wall street et sa propagation au sein de petites et grandes villes à la manière de fleurs sauvages ?
John Carpenter, aurait pu et il l’a fait.

À propos du respect des règles du jeu : le singulier succès d’#OccupyWallStreet

L’anthropologue David Graeber est l’un des initiateurs du campement de Wall Street, de, ce faisant, de la dynamique "occupy everywhere" ("occuper partout"). Dans ce texte, il revient sur la genèse de l’occupation et sur son étonnant succès.

Le troisième âge de la démocratie

Le mouvement des indignés n’est pas un feu de paille. Son extension rapide sur le planisphère – entre la révolution tunisienne de décembre-janvier et l’occupation de Wall Street il se passe moins d’un an – atteste qu’il touche des ressorts profonds dans la conscience des citoyens du monde entier ; les pouvoirs iraniens ou chinois craignent eux aussi comme la peste une révolution Twitter.

"Y’en a marre : une lente sédimentation des frustrations", entretien avec Fadel Barro

"La coupe est pleine : y’en a marre" : c’est l’un des slogans des "yenamarristes", ces journalistes et rappeurs sénégalais qui mobilisent contre "la corruption, l’injustice, et la mal-gouvernance". Déjà entendu lors du Forum Social Mondial à Dakar, ce slogan s’est rapidement répandu. Sur leur pression et après quelques jours de vives tensions, le président Abdoulaye Wade avait abandonné son projet de modification de la constitution en juin dernier. À la faveur du contre-g20, Mouvements a rencontré l’un de leurs animateurs, Fadel Barro.

Occupy Wall Street : une question de « pouvoir-faire », entretien avec Isham Christie

L’occupation de Wall Street a début le 17 septembre 2011. Inspiré par les expériences égyptiennes et espagnoles, le camp a depuis essaimé un peu partout aux États-Unis, et irrigue à son tour les imaginaires des militants en lutte contre les plans d’austérités en Europe.

"L’idée d’avoir une revendication unique ne parle à personne", entretien avec David Graeber

Mi-mars, à New York. Voilà maintenant six mois que quelques centaines d’activistes ont occupé, un soir de septembre, le parc de Zucotti, au cœur du quartier financier du sud de Manhattan. L’occupation a cessé deux mois plus tard, après son expulsion par la police new-yorkaise. Mais les militant-e-s ne se sont pas démobilisé-e-s. En cette fin d’hiver / début de printemps, ils s’affairent à préparer de grosses mobilisations, prévues pour le mois de mai : « occupy spring », le « printemps d’occupy », en référence, bien sûr, au « printemps arabe » qui les a tant inspiré. Libérés des contraintes liées à l’animation du campement, ils multiplient les actions – le 16 mars, Occupy Wall Street a même brièvement occupé, pour la toute première fois… Wall Street même, manifestant devant la bourse, à l’heure où retentit la cloche qui annonce sa fermeture pour le week-end. Les débats sont nombreux, sur les suites à donner au mouvement, les risques de « récupérations » par des organisations soupçonnées d’être proches du parti démocrates, la structuration et l’organisation de la dynamique, etc.
L’occasion de faire le point avec David Graeber, anthropologue et militant anarchiste qui a activement contribué à la préparation de l’occupation (voir son texte sur notre site).

Grève de la dette : après le jubilé

Des militant-e-s d’Occupy Wall Street lancent ces jours-ci un appel à la "grève de la dette" : ils entendent constituer un vaste mouvement d’endetté-e-s qui refusent de continuer à rembourser les banques. L’objectif ? Mettre en évidence la centralité de la dette dans la domination qu’exercent les 1% sur les 99%. David Graeber imagine dans cet article ce que serait une société de l’après dette.

Grève de la dette !

Mouvements publie ici un manifeste pour une campagne de grève de la dette, rédigé par des militant-e-s d’Occupy Wall Street pour le lancement de la campagne.

Printemps arabes

Tunisie : « Révolution de jasmin » ou Intifada ?

Article paru dans le numéro 66 de Mouvements. Le cliché de la « révolution de jasmin », si répandu en France, n’est-il pas le signe d’une incapacité à saisir la nature des mouvements sociopoli-tiques qui ont touché la Tunisie bien avant la révolution Facebook ? Se pencher sur ces mouvements de fond à l’origine des événements qui ont conduit à la chute du régime de Ben Ali est d’autant plus nécessaire qu’ils nous aident aussi à comprendre ce qui se joue aujourd’hui dans cette pé-riode de transition démocratique.

Réflexions sur les configurations révolutionnaires égyptienne et tunisienne

Pourquoi est-ce en Tunisie puis en Égypte que la contestation des régimes autoritaires dans le monde arabe est allée jusqu’à son terme ? Si le processus révolutionnaire est désormais amorcé dans de nombreux pays, rien ne garantit, dans un avenir proche, qu’il aboutisse à d’autres changements de régime. Il y a en tout cas une spécificité des contextes socio-politiques de la Tunisie et de l’Égypte qu’il convient de bien identifier si nous voulons mieux appréhender les effets possibles du « réveil des peuples » auquel on assiste au Sud et à l’Est de la Méditerranée.

Les insurrections révolutionnaires dans la région Maghreb-Machrek

Les révolutions arabes, au-delà de leurs différentes appellations, nous ont déjà beaucoup apporté. Elles constituent un événement, au sens fort du terme, difficilement prévisible, sauf à posteriori, et qui ouvre de nouveaux avenirs. Proposons de mettre en évidence cinq leçons que nous pouvons déjà en tirer.

2011 : le printemps arabe ?

L’année 2011 s’est ouverte par une série d’explosions fracassantes de colère des peuples arabes. Ce printemps arabe amorcera-t-il un second temps de « l’éveil du monde arabe » ? Ou bien ces révoltes vont-elles piétiner et finalement avorter – comme cela été le cas du premier moment de cet éveil évoqué dans mon livre L’éveil du Sud. Dans la première hypothèse, les avancées du monde arabe s’inscriront nécessairement dans le mouvement de dépassement du capitalisme / impérialisme à l’échelle mondiale. L’échec maintiendrait le monde arabe dans son statut actuel de périphérie dominée, lui interdisant de s’ériger au rang d’acteur actif dans le façonnement du monde.

Questions qui fâchent

La valeur travail ne peut être inconditionnelle

QUESTIONS QUI FACHENT. Le travail doit-il être au centre de tout projet de gauche ? Face à l’exaltation du travail par la droite, la gauche doit imaginer un nouveau compromis social dans lequel les droits des travailleurs conserveraient une place centrale. 27 septembre 2007

Les 35 heures, un cas d’école

QUESTIONS QUI FACHENT. Le travail doit-il être au centre de tout projet de gauche ? Contrairement aux idées reçues, la réduction du temps de travail demeure une alternative forte au « travailler plus pour gagner plus ». 27 septembre 2007

Dossier : Ces questions qui fâchent à gauche…

Parce qu’il est devenu urgent de laisser la place aux idées, Mouvements et l’hebdomadaire Politis, associés pour la circonstance, lancent un vaste débat sur les questions qui fâchent à gauche.

Combattre le monothéisme du marché

QUESTIONS QUI FACHENT. Une gauche authentique doit-elle se définir comme anticapitaliste ou antilibérale ? Il n’est pas sûr que ces deux adjectifs soient finalement si utiles. 28 septembre 2007.

Cinq paradoxes du travail

QUESTIONS QUI FACHENT. Le travail doit-il être au centre de tout projet de gauche ? Non, mais nous avons besoin d’un vocabulaire apte à signifier la multiplicité des activités et des formes de vie. 29 septembre 2007.

Des limites de l’antilibéralisme

QUESTIONS QUI FACHENT. Une gauche authentique doit-elle se définir comme anticapitaliste ou antilibérale ? L’anticapitalisme a besoin d’être réévalué, au travers de la question écologiste, démocratique et individualiste. 4 octobre 2007.

L’usager, angle mort du discours de la gauche sur les services publics

QUESTIONS QUI FACHENT. Les missions de service public peuvent-elles être confiées au privé ? On ne peut plus faire croire que l’État et les fonctionnaires seraient les uniques dépositaires des valeurs de service public. 4 octobre 2007.

Avoir besoin que les gens pensent

QUESTIONS QUI FACHENT. Une gauche authentique doit-elle se définir comme anticapitaliste ou antilibérale ? La philosophe conteste la pertinence « anticapitalisme ou antilibéralisme. Et plaide pour une libre redéfinition du débat. 4 octobre 2007.

Assumons l’anticapitalisme !

QUESTIONS QUI FACHENT. Une gauche authentique doit-elle se définir comme anticapitaliste ou antilibérale ? L’antilibéralisme dont se réclame une gauche radicale n’est-il qu’un anticapitalisme euphémisé ? Pourquoi cette difficulté à se définir positivement ? 11 octobre 2007

Des mots et des choses

QUESTIONS QUI FACHENT. Une gauche authentique doit-elle se définir comme anticapitaliste ou antilibérale ? L’antilibéralisme est au mieux un signifiant flottant désignant un front du refus qui irait de la gauche révolutionnaire au pacifisme théologique. 11 octobre 2007

Riches/pauvres

Misère, inégalités sociales et étatisme marchand

L’approche « décroissante », aussi multiple soit-elle dans ses formulations, a mauvaise presse. Denis Bayon revient sur la signification du terme et suggère qu’entre une option « décroissante » qui peut paraître utopique et l’ensemble des mesures de sortie de crise qui s’appuient sur les institutions de la croissance, tout simplement chimériques, nous n’avons guère d’options possibles pour assurer à tous un accès à une vie préservée des nuisances écologiques et des inégalités matérielles les plus criantes.

Le revenu maximum, un levier pour le changement

En une trentaine d’années, les écarts de rémunérations ont explosé. Alors qu’un grand dirigeant d’entreprise, pendant les Trente glorieuses, gagnait environ 35 fois le salaire moyen de ses employés, le rapport est au-jourd’hui de 1 à 300. Face à un tel constat, l’idée d’un revenu maximum fait son chemin dans le débat public. Passage en revue des arguments en sa faveur.

L’impôt, les riches, la crise et la justice fiscale…

Dans la lutte contre les inégalités, l’impôt est outil sous-utilisé. Vincent Drezet revient sur l’évolution néolibérale récente de la fiscalité en France, et propose quelques pistes pour réformer l’impôt pour plus d’égalité et de justice fiscale. Il est temps, suggère-t-il, de reconsidérer une approche fis-cale qui prendrait mieux en compte les inégalités de patrimoine dans une perspective de réhabilitation des impôts directs.

Un revenu pour exister

« De chacun (volontairement) selon ses capacités à chacun (inconditionnellement) selon ses besoins »

Philippe Van Parijs, philosophe et économiste belge, est l’une des figures modernes de la promotion de l’allocation universelle qu’il présente comme une voie capitaliste vers un communisme moderne. Dans cet entretien, il brosse le tableau de l’émergence de cette idée, les controverses qu’elle a suscitées et suscite encore autour de la question du travail. Militant, il revient également sur son engagement européen, écologiste, en faveur d’une réappropriation de l’urbain avec pour objectif d’offrir aux générations à venir « une vie meilleure ».

Sans-papiers

Sans-papiers : l’autre « chiffre » de la politique d’expulsion

La cour des comptes pointe le coût de la rétention des sans-papiers. Mouvements vous propose de relire cette enquête de Damien de Blic : le coût des expulsions réalisées en 5 ans représente l’équivalent du déficit annuel de l’assurance vieillesse.

La détention comme mode de gestion des migrations ?

LABORATOIRE DES LUTTES. Le Parlement européen s’apprête à adopter en première lecture un projet de directive sur la rétention et l’expulsion des personnes étrangères. Entretien avec Caroline Intrand, responsable des questions européennes à la Cimade. 27 novembre 2007.

De l’immigration choisie aux régularisations choisies

FABRIQUE DES IDEES. "Immigration choisie", quand une expression nouvelle sert à définir une politique migratoire ancienne : celle qui rend le salarié étranger toujours plus dépendant de son employeur. 25 février 2008

Nos compagnons secrets

INTERVENTIONS. Des grèves d’employés sans papiers, appuyés par la CGT et demandant leur régularisation, ont été menées principalement dans la restauration depuis février 2008. Marc Bernardot revient sur la sortie de l’ombre de ces milliers de travailleurs sans existence légale.

Techniques d’intimidation : les soutiens aux sans papiers sous la pression judiciaire

LABORATOIRE DES LUTTES. Des membres d’un collectif rennais de soutien aux sans-papiers font les frais de la politique de mise en cause des associations de soutien aux sans-papiers.

Sans-papiers : déplacement du champ des contradictions

INTERVENTION. En s’appuyant sur la circulaire du 7 janvier, le mouvement des travailleurs sans-papier, initié par la CGT et Droits Devants !, est parvenu à obtenir près de 1000 régularisations. Pierre Tartakowsky analyse la stratégie choisie. 18 septembre 2008.

Retour du travailleur immigré

INTERVENTION. La grève des travailleurs sans-papiers marque le retour de la figure de l’immigré comme travailleur, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de lutte. Analyse, par Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin et Lucie Tourette.

Soutenir les mobilisations de sans-papiers

Quinze ans de réforme de l’accès à une couverture maladie des sans- papiers

Une succession de réformes a progressivement compliqué l’accès des sans-papiers à une couverture médicale. C’est sur ce constat qu’Estelle Carde nous propose de comprendre les volontés politiques qui façonnent l’accès aux soins des sans-papiers depuis une quinzaine d’années.

Lampedusa, terre de confins

Lampedusa, petit morceau italien de terre africaine, est bien connue pour être la « Porte de l’Europe ». Chaque année en effet, des milliers de personnes partent des côtes nord-africaines pour tenter de rejoindre l’île. En 2008, 30 000 migrants ont ainsi transité par Lampedusa. Avec l’entrée en vigueur des accords italo-libyens, la porte est restée rigoureusement fermée et pendant trois bons mois, aucune embarcation n’a pu accoster sur l’île, symbole pour le gouvernement de l’Italie assiégée par les enva-hisseurs.

Les migrants Tunisiens disparus, entretien avec Alaa Talbi

Après le 14 janvier 2011, près de 40 000 Tunisiens ont tenté de rejoindre l’Europe. Plusieurs centaines d’entre eux ont péri en mer. Parmi ceux qui ont survécu à la traversée, ils sont un millier à avoir disparu. Entretien avec Alaa Talbi du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux.

Santé-travail

La mort par le travail

TRAVAIL. Dans le cadre des négociations en cours sur « le stress au travail », les syndicats français feraient bien de s’inspirer d’urgence de la lutte menée au Japon par les familles de victimes de mort par surtravail : le karôshi. 18 juin 2008.

« Rends libres les moustiques ! »

SANTÉ-TRAVAIL. Retour sur l’expérience de l’établissement et service d’aide par le travail CECILIA. Un lieu peu commun, qui a tenté, pendant 9 années, d’offrir aux personnes handicapées une pluralité de parcours professionnels, notamment l’accès aux métiers du spectacle — théâtre, musique, régie son et lumière.

Santé des travailleurs et commerce des substances chimiques : une relation inéquitable

SANTÉ-TRAVAIL. Face au commerce des substances chimiques, lucratif pour l’économie occidentale, la mise en place du programme communautaire REACH offre-t-elle une réelle rupture ?

Lorsque les questions de santé s’invitent dans l’analyse de l’organisation du travail

SANTÉ-TRAVAIL. Associée à une très forte libéralisation économique, la précarisation est en partie liée avec une organisation du travail qui instrumentalise souvent la santé des travailleurs dans un but de rentabilité.

Le salaire du labeur

SANTÉ-TRAVAIL. Le travail est bien souvent une peine, à quel prix et pourquoi acceptons-nous cette souffrance ? Quand et comment estime-t-on que le préjudice, que le travail nous inflige, est réparé ? Ce questionnement abordé ici par Baptiste Mylondo sur la « valeur travail » reste peu débattu dans notre société où le travail régit nos vies et nos interactions.

Sous-traitance des risques, effacement des traces

SANTÉ-TRAVAIL. Le travail de maintenance des centrales nucélaires est indispensable au fonctionnement et à la sûreté des installations. La précarisation organisée (via la sous-traitance) altère non seulement les droits des travailleurs en matière de santé et de représentativité, mais porte atteinte également à la connaissance des effets sanitaires de l’exposition aux risques toxiques

Du chantier à l’expertise médicale : la santé des travailleurs immigrés en question

SANTÉ-TRAVAIL. Les travailleurs immigrés, souvent mal informés et soumis à un traitement différencié par le patronat, ont les plus grandes difficultés à faire valoir leurs droits après un accident du travail.

Les conditions de travail et la santé selon le genre et le sexe

SANTÉ-TRAVAIL. Concilier des approches épidémiologiques et ergonomiques permet de ce point de vue de mieux comprendre les effets de genre dans l’activité humaine en situation de travail.

Travailler tue en toute impunité : pour combien de temps encore ?

LABO DES LUTTES : La fondation Copernic a lancé une campagne pour faire sortir du silence les morts au travail. Qu’elles soient causé par des conditions dangereuses, des maladies professionnelles ou des suicides dus au stress et au harcèlement, elles sont rarement reconnues et prises en charge par les entreprises ou la médecine du travail. A la suite de son dossier de son n°58, Mouvements s’associe à cette campagne, ainsi que celui de la revue Santé & Travail à la mobilisation contre les cancers professionnels (voir sur le site). 6 juin 2009.

Statistiques ethniques

Un Grenelle OGM

Protection de la nature et éthiques environnementales

DOSSIER GRENELLE "OGM". Conservation contre préservation : le mouvement de défense de la nature est né d’un schisme philosophique opposant partisans de l’utilisation "avisée" de la nature aux défenseurs de la "wilderness". Le 22 octobre 2007.

Des émeutes pour sauver la forêt de Mabira

DOSSIER GRENELLE "OGM". En Ouganda, un projet de destruction de forêt a suscité une réaction surprenante de la société civile. Histoire d’une mobilisation écologiste dans un contexte de pauvreté extrême. 22 octobre 2007.

Dix-huit mois décisifs

DOSSIER GRENELLE "OGM". Comment la proposition d’une petite ONG est-elle devenue promesse électorale puis engagement présidentiel ? Chronologie d’un processus marqué par l’emballement médiatique pour l’environnement. 22 octobre 2007.

Alerte à l’expertise

DOSSIER GRENELLE "OGM". Délaissée par le Grenelle, l’expertise sur la santé et l’environnement est pourtant centrale, explique le chercheur André Cicolella, après la sortie d’un rapport controversé sur les causes du cancer. 22 octobre 2007.

Cet épi de maïs qui cache la forêt

DOSSIER GRENELLE "OGM". Urgence écologique et besoin des acteurs de trouver leur place dans la reconfiguration du champ écologiste : au départ conflictuelle, la question des OGM est devenue le sujet d’un consensus inattendu. 22 octobre 2007.

Quand la France braconne

DOSSIER GRENELLE "OGM". Alors que le gouvernement s’apprête à prendre des engagements pour la protection de la nature, force est de constater que la France bafoue allègrement une bonne partie des textes qui la contraignent sur le sujet. 22 octobre 2007.

Eloge des "désobéisseurs"

DOSSIER GRENELLE "OGM". La désobéissance civile n’est pas un affrontement entre "résistants" et pouvoirs publics, mais un outil décisif dans une bataille pour l’opinion publique, analyse le philosophe Jean-Marie Muller. 22 octobre 2007.

"Ni vu, ni connu, je t’empoisonne"

DOSSIER GRENELLE "OGM". Les travailleurs migrants victimes des pesticides sont les oubliés du Grenelle alors que se profile le "prochain scandale de l’amiante". Frédéric Decosse, chercheur, et Nicolas Duntze, syndicaliste, témoignent. 22 octobre 2007.

Recherche scientifique et environnement, un nouveau rendez-vous manqué ?

DOSSIER GRENELLE "OGM". Le processus de concertation mis en place par le Grenelle visait une démocratisation des questions scientifiques, en principe. Mais dans les actes ? 6 novembre 2007.

Que nous apprend le Grenelle sur l’état de l’écologie politique en France ?

DOSSIER GRENELLE "OGM". Prometteur, mais réalisé dans la précipitation, le Grenelle laisse en suspens la question des inégalités écologiques et celle des moyens pour mettre en oeuvre un développement durable. 8 novembre 2007

« Sur la question des OGM, je ne boude pas mon plaisir ». Entretien avec Gilles Lemaire.

DOSSIER GRENELLE "OGM". Ancien secrétaire national des Verts de 2003 à 2005, Gilles Lemaire revient sur ses satisfactions et déceptions au lendemain du Grenelle de l’Environnement. 21 novembre 2007.

Université

Universités : le grand soir

INTERVENTION (vidéo)—Déficit démocratique, mise en concurrence des établissements, des enseignants et des chercheurs : la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) risque de mettre à mal la démocratisation universitaire. 13 novembre 2007.

Paris 8 en grève active contre la loi LRU

LABORATOIRE DES LUTTES. En réaction à la loi LRU, le département de science politique de l’université Paris 8 a mis en place une "grève active", avec des ateliers de critique sociale autogérés. 14 novembre 2007.

Les étudiants dans la rue : une mobilisation bienvenue contre la loi dite LRU (I)

FABRIQUE DES IDEES. La loi dite LRU, propose une nouvelle réforme libérale de l’université qui donne les pleins pouvoirs aux présidents, au détriment de la communauté universitaire elle-même. Premier volet d’une analyse de ce tour de force. 19 novembre 2007

Le blocage des universités : enjeux et contradictions

LABORATOIRE DES LUTTES. Une rhétorique conservatrice tourne en dérision le blocage des universités par les étudiants. Analyse nuancée de ce mode d’action, par un enseignant-chercheur, militant syndical. 27 novembre 2007

Les étudiants dans la rue : une mobilisation bienvenue contre la loi dite LRU (II)

FABRIQUE DES IDEES. La loi dite LRU vise une mise en concurrence des universités qui relève du darwinisme social et pourrait se résumer ainsi : "que la plus riche gagne !". Deuxième volet de l’analyse entamée dans un article précédent. 29 novembre 2007

"Le blocage : une modalité d’action, pas une finalité"

FABRIQUE DES LUTTES. Arthur K., étudiant boursier et salarié à mi-temps syndiqué, explique pourquoi le blocage, dès lors qu’il est décidé collectivement par les étudiants eux-mêmes, est justifié dans le premier temps d’une mobilisation. 29 novembre 2007

Que faire de la démocratisation à l’université ?

FABRIQUE DES IDEES. L’université, censée assurer la transmission des savoirs et l’insertion professionnelle des étudiants, assume imparfaitement ces tâches. Le texte proposé esquisse des propositions alternatives à la réforme dite LRU. initialement publié sur Mouvements le 11 décembre 2007.

Université et démocratie : sauvons les AG !

FABRIQUE DES IDEES. Le vote à main levée, lors des Assemblées générales, serait anti-démocratique. Un helléniste montre, à rebours, que l’exercice du pouvoir par le peuple, pour être conforme à son concept, exige d’être direct et permanent. 12 décembre 2007

Les étudiants dans la rue : une mobilisation bienvenue contre la loi dite LRU (III)

FABRIQUE DES IDEES. Ce dernier volet analyse le discours de la compétitivité, déployé par les défenseurs de la LRU. Quand la "saine émulation" entre universités (inégalement dotées) se fait au détriment de la redistribution et des financements publics. 17 décembre 2007.

Face au démantèlement de la recherche : Academic Pride

LABORATOIRE DES LUTTES. Après le lancement des actions de Sauvons La Recherche (SLR) en 2004 et le relatif succès du mouvement, le milieu de la recherche est de nouveau en ébullition. Georges Debregeas, membre de SLR, revient pour Mouvements sur les luttes en cours.

Le traitement du harcèlement sexuel et des discriminations à l’université

UNIVERSITES. En 2002, le Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur dit « CLASCHES », regroupant une dizaine de doctorant-e-s a lancé par voie de presse une campagne de sensibilisation à la question du harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur. Cinq ans plus tard, les procédures de régulation des conflits dans l’enseignement supérieur et la recherche restent floues, au détriment des étudiant-e-s harcelé-e-s ou discriminé-e-s.

Pour l’émergence d’un débat (vraiment) contradictoire sur l’université

INTERVENTION. Retour sur la démission de Xavier Dunezat et tentative de réanimer une réflexion critique sur les moyens de transformer le « désert relationnel » de l’Université en espace vraiment démocratique, de mobilisation, où les orientations feraient enfin l’objet d’une élaboration collective.

Enseignement supérieur : la grande transformation ?

INTERVENTION. Le discours sur l’inanité des réformes de l’enseignement supérieur relève aujourd’hui de l’incantation, dans lequel excellent paradoxalement, les "modernisateurs" et autres partisans de la rupture. Cette posture, ici décryptée, n’est pas sans efficacité rhétorique.

Analyses croisées sur les réformes de la Recherche et de l’Université

INTERVENTION : En complément au dossier « Que faire pour l’Université ? » du numéro 55/56 de septembre 2008, nous avons adressé une série de questions à plusieurs organisations syndicales universitaires et dans la recherche, ainsi qu’à Sauvons La Recherche (SLR) et à Sauvons l’Université (SLU). Nous publions ici les premières réponses croisées du SNTRS-CGT -représenté par sa Secrétaire Générale Annick Kieffer- et de SLU (Sauvons l’Université).

Les conditions de l’évaluation universitaire

INTERVENTION : Parmi les réformes de l’université et de la recherche qui provoquent une mobilisation sans précédent, la question de l’évaluation des enseignants-chercheurs résume assez bien les enjeux du passage de la collégialité à l’externalisation de la gestion des carrières et, partant, de l’activité pédagogique et scientifique. Partant de l’expérience des Etats-Unis, Bruno Cousin et Michèle Lamont mettent en perspective les présupposés de la réforme. 18 mai 2009.

Des « universitaires mieux évalués » ?

INTERVENTION : Le recours biaisé au modèle américain pour légitimer un nouveau style d’évaluation des universitaires a été critiqué par B.Cousin et M.Lamont sur ce site. F.Neyrat reprend le dossier en discutant deux des principales propositions : suppression du localisme et renforcement de la collégialité de l’évaluation. 15 août 2009.

Venezuela

Venezuela sous Chávez : quel changement social, quelle démocratie ?

ENTRETIEN—L’expérience du régime de Hugo Chávez suscite des analyses contradictoires. Edgardo Lander, intellectuel critique vénézuélien, s’efforce ici de définir une position nuancée. 7 septembre 2007.

Venezuela : la réforme constitutionnelle met-elle en danger la démocratie ?

INTERVENTIONS. Dans une interview accordée au quotidien El Nacional, Margarita López Maya, intellectuelle de gauche, explique son désaccord avec la réforme constitutionnelle qui, selon elle, met en danger les acquis démocratiques et sociaux de huit ans de processus bolivarien. 30 novembre 2007

Venezuela : pourquoi la défaite ?

DOSSIER VENEZUELA. Plus encore que la victoire très serrée du NON, c’est l’énorme abstention qui marque la véritable défaite du chavisme dans le référendum du 2 décembre dernier. Une analyse sans concession par un représentant de la gauche critique vénézuélienne. 4 décembre 2007.

Que signifie le triomphe du NON ?

DOSSIER VENEZUELA. Dans le camp chaviste, les verrous de l’auto-censure, qui maintenaient la critique dans un cadre très limité, ont sauté. Sur le site bolivarien le plus connu et le plus fréquenté, aporrea.org, nombre de militants expriment désormais sans réserve ce qu’ils ont sur le coeur. 5 décembre 2007

Rejet de la réforme de la Constitution au Venezuela : un « camouflet » ?

DOSSIER VENEZUELA. Après la défaite de la réforme constitutionnelle promue par Hugo Chávez, où en sont ceux qui l’avaient soutenue par souci de solidarité avec le processus de changement au Venezuela ? 5 décembre 2007.

Chávez doit apprendre à écouter

DOSSIER VENEZUELA. Dans une interview au quotiden El Nacional, le vice-ministre des Relations Extérieures vénézuélien, Vladimir Villegas, trace un bilan autocritique d’une franchise sans précédent et en assume les risques politiques. 5 décembre 2007

Le Non vénézuelien : une chance pour la révolution bolivarienne ?